Trois Moudjahidines du peuple iranien s’immolent par le feu

© 20 minutes

— 

« L’énergie du désespoir. » Voilà ce qui a poussé Marzieh, Sedighieh et Mohamad à s’immoler par le feu, hier matin, devant la Direction de la surveillance du territoire (DST), rue Nélaton (15e). Les deux femmes et l’homme étaient des sympathisants des Moudjahidines du peuple iranien, qui ont fait l’objet d’un coup de filet de la DST, mardi matin. Une cinquantaine d’entre eux s’étaient rassemblés sur place, depuis la veille au soir. Pour les trois victimes, le verdict des médecins restait très réservé, hier soir. La première femme a même été annoncée morte, avant que l’hôpital Cochin ne précise que son « pronostic vital reste engagé ». Et, hier soir, une Irannienne a tenté de s’immoler devant l’ambassade de France à Londres. Le phénomène semble désarçonner la police française. Susceptibles d’être la cible des désespérés, l’Elysée et le ministère de l’Intérieur ont été bouclés, sitôt la première immolation connue. Informée de ces actes, Maryam Radjavi – l’épouse du chef historique des Moudjahidines, incarcérée à la DST – a fait passer un message auprès de ses partisans pour que « les manifestations de rue s’expriment de façon différente ». De toute manière, tout rassemblement à Paris leur est interdit jusqu’à nouvel ordre. En revanche, une cinquantaine de Moudjahidines libérés dans la journée campaient, hier soir, devant leur siège d’Auvers-sur-Oise (95) bouclé par la police. Les traits tirés, mal rasé, Farid Soleimani avait rejoint le cortège parisien, hier à 4 heures du matin, fraîchement débarqué de garde à vue. Francophone, cet « avocat à Londres » s’est vite improvisé porte-parole de ses compatriotes qui réclament la libération de Maryam Radjavi. Ils viennent « de toute la France et de Belgique », selon lui. A longueur d’interviews, Farid Soleimani clame son « dégoût » et dit « ignorer les raisons qui ont poussé la France à livrer Mme Radjavi au régime des mollahs », quand Hamid Reza l’interrompt. C’est l’un des responsables du Conseil national de la résistance iranienne, la branche politique des Moudjahidines. Il s’mporte : « La France a livré Maryam Radjavi aux terroristes qui remplissent l’ambassade d’Iran ! » Guillaume Frouin