Paris: Vendanges dans la plus petite vigne de France au clos-Montmartre

LOISIRS Le 18e abrite la plus vieille vigne du pays, où agents de la ville et bénévoles ont fait les vendanges il y a deux semaines…

Oihana Gabriel

— 

Paris, le 24 septembre 2014, les agents de la Mairie de Paris, les bénévoles, voisins et élus participent aux vendanges des vignes de Montmartre avant la fête des vendanges. Lancer le diaporama
Paris, le 24 septembre 2014, les agents de la Mairie de Paris, les bénévoles, voisins et élus participent aux vendanges des vignes de Montmartre avant la fête des vendanges. — O. Gabriel / 20 Minutes

«Tu veux goûter le blanc?» Le raisin, pas le vin! Mercredi 24 septembre, dès 8h Joëlle et Michel, deux habitants du 18e, maniaient le sécateur avec précautions arc-boutés dans les vignes. La cueillette du raisin sur la butte Montmartre n’a duré que deux heures pour la plus petite vigne de France, 2.000 pieds en tout. Une tradition pour ce quartier qui va à nouveau résonner et s’animer du 8 au 12 octobre pour la Fête des vendanges (voir encadré). Avant de déguster la cuvée 2013, agents de la ville, bénévoles et même élus préparent la prochaine cuvée. Rue des Saules, les seaux remplis de raisins s’accumulent dans le jardin préservé tandis que quelques têtes émergent des vignes.

>> Retrouvez notre diaporama sur les vendanges au cœur de Paris

Sylviane Leplâtre, l’œnologue qui soigne la vigne et le vin, orchestre ces vendanges avec bienveillance. «Sylviane, pour cette grappe, je fais quoi?» «Quand ça commence à flétrir, c’est bon signe: le raisin est bien sucré!», explique l'œnologue. Pour elle, pas de doute, «c’est une bonne année!» Même avec l’été pluvieux parisien? «On a eu de la chance avec les trois semaines de beau temps en septembre», assure-t-elle.

Du rosé bio

Mais la nouvelle œnologue a inspiré quelques changements dès la cuvée 2012. Le vin rouge s’est transformé en rosé. «L’an dernier avec des conditions climatiques très mauvaises, le rouge ne pouvait pas être correct. Et le rosé les a convaincus alors pour cette cuvée on fera pareil.» Eric, organisateur de la Fête des vendanges, confirme: «en rouge, le vin était difficilement buvable. En rosé, il passe très bien. De toute façon chaque année, c’est meilleur», taquine-t-il. Et désormais le vin est bio. «Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas traité, nuance Sylviane. Si on ne traite pas une vigne, tout est ravagé.»

«J’ai déjà fait les vendanges quand j’étais jeune en Champagne et dans le Beaujolais, mais on faisait dans le sens de la pointe, du bas jusqu’en haut alors qu’ici l’alignement est horizontal», souligne Philippe Durand, maire adjoint du 18e en charge de la nature en ville. Joëlle, bénévole très engagée pour la fête des vendanges assure: «Je ne sais pas si ce raisin sera bon à boire, mais il est bon à manger».

Prendre le raisin à pleine main

«C’est amusant de vendanger en plein Paris, sourit Clémence qui travaille dans le vin. Il faut prendre le raisin à pleine main pour éviter de s’abîmer un doigt. Et c’est mieux de couper au plus près du raisin pour éviter le goût un peu amer de la tige», nous montre cette jeune femme avant de donner le sécateur…

Une fois les grappes coupées dans les seaux, chacun les apporte à l’entrée du jardin, où Irène s’occupe de la pesée. «Ce n’est que le début et j’ai déjà mal au dos», se plaint Irène. «L’année dernière on a compté 1.000 kilos de raisin, mais cette fois les jardiniers veulent battre le record», s’amuse l’œnologue.

Du jus au vin

Sylviane pilote ensuite l’arrivée des seaux remplis dans le sous-sol de la mairie du 18e. Dans sa cave, les grappes sont moulinées dans un fouloir égrappoir avant de passer dans la presse en bois. Après avoir enlevé les impuretés, on récupère le jus propre.

Vient enfin le temps de la fermentation: le sucre se transforme en alcool. «Le vin évolue, se complexifie, les arômes apparaissent. Ce n’est pas un produit statique», précise l’œnologue.

Les rendez-vous insolites (et gratuits) de cette Fête des vendanges

Initiation au slam. C’est un postier qui se charge de faire découvrir cette poésie moderne à la Poste (19, rue Duc) mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 11h.

Balade poétique. Visite de l’arrondissement de la cité Véron au Bateau lavoir, guidés par deux amoureux de la poésie dans les pas des grands noms qui ont vécu à Montmartre: Prévert, Reverdy, Apollinaire… Vendredi à 14h et dimanche à 10h pendant 3h. Autre proposition alléchante, les visites exceptionnelles des appartements de Boris Vian et de Jacques Prévert.

Concert de clôture. Pour finir la fête au chaud et en musique, Clarika et Daphné ont concocté un programme autour de la poésie pour le concert à la Cigale.

>> Retrouvez tout le programme de la Fête des vendanges

 

La chanteuse Clarika invite le public à un grand concert de clôture dimanche après-midi à la Cigale. - Rajic