Paris: Quand les cyclistes ont le choix entre verbalisation et sensibilisation

POLICE Ce mardi matin, des agents du bureau d’éducation et d’information routières proposaient aux cyclistes imprudents une alternative à l’amende…

Oihana Gabriel
— 
Paris, le 30 septembre 2014, des policiers verbalisent des cyclistes place de la Bastille, mais leur proposent à la place de l'amende de faire une demi-journée de sensiblisation.
Paris, le 30 septembre 2014, des policiers verbalisent des cyclistes place de la Bastille, mais leur proposent à la place de l'amende de faire une demi-journée de sensiblisation. — O. Gabriel / 20 Minutes

«Perdre 190 euros, ça me casse les pieds!», rouspète Laura, 23 ans. Ce mardi matin vers 10h, cette intermittente du spectacle a brûlé deux feux rouges au guidon de son vélo en arrivant sur la place de la Bastille. «Je roule sur cette voie tous les jours et j’essaie de gagner du temps de vie», argumente la cycliste alors qu’un policier dresse sa contravention. Mais la jeune femme se voit proposer un dilemme: soit elle s’acquitte de son amende, soit elle participe à une matinée de sensibilisation pour les cyclistes aux risques routiers, prévue samedi 11 octobre. «Je serai curieuse de découvrir ce qu’on y apprend, mais je travaille le samedi», rétorque-t-elle. Et puis, il y a plus urgent à faire selon elle: «par exemple construire une piste cyclable sur la place de la Bastille.»

Deux tiers préfèrent la sensibilisation

Mais la plupart des cyclistes arrêtés et épinglés acceptent cette alternative à l’amende. C’est le cas de Sylvain: «C’est un peu comme une caméra cachée. Je pense que les policiers devraient aligner les camions qui envahissent les pistes cyclables», s’agace ce Parisien qui rejoint chaque jour son bureau à la force des pédales. Personnellement, je ne prends jamais mes enfants sur mon vélo, c’est trop dangereux. Il faudrait tout revoir à Paris, les pistes cyclables sont mal agencées, peu praticables…»

400 cyclistes blessés en 2014 à Paris

Ces stages de sensibilisation comme alternative à la prune ont déjà été proposés aux automobilistes et conducteurs de deux-roues motorisés. Mais les policiers ont élargi cette opération aux cyclistes. Qui paient un lourd tribut dans les accidents de la route à Paris: depuis janvier 2014, 400 cyclistes ont été blessés, soit une hausse 9% de plus qu’en 2013. «On a organisé deux opérations de sensibilisation en 2013 et trois en 2014, précise le capitaine Pujol. A chaque fois, il y avait environ 80 participants. Deux tiers des cyclistes verbalisés choisissent le stage.»

«Le cycliste se comporte trop souvent comme un piéton»

Au programme de cette remise à niveau: piste de maniabilité vélo, stand alcoolémie et stupéfiants, quiz sur le code de la route et test de la conduite d’un bus RATP. «En général, ils viennent à reculons, reconnaît le capitaine Pujol. Mais ils perçoivent les bénéfices de cette demi-journée. A la lumière de ces premiers stages, on se rend compte qu’ils pèchent par ignorance. Le cycliste se comporte trop souvent comme un piéton. Depuis 2003, la circulation des vélos a augmenté de 60% à Paris, le nombre d’accidents de cyclistes de 30%.»

Feux rouge grillés et téléphones portables à la main

Monica, épinglée elle aussi pour un feu brûlé, estime que ce stage est «une bonne idée. Les cyclistes ne respectent pas le code de la route… mais les automobilistes non plus, et c’est très dangereux quand ils ne mettent pas leur clignotant!», tempère cette nouvelle adepte du vélo.

Pour Jonathan, policier, la plupart des cyclistes verbalisés grillent des feux ou téléphonent en conduisant. «Ils ont le droit de mettre le kit main libre sur leur portable ou d’écouter de la musique, mais par contre risquent 90 euros d’amende s’ils sont arrêtés avec un téléphone dans la main.» Et dans les conseils à retenir, le capitaine Pujol rappelle que «le casque protège, ne pas hésiter à tendre le bras quand on change de direction pour éviter de surprendre les autres donc et surtout éviter l’angle mort d’un camion. Mieux vaut rouler devant un véhicule que sur le côté. Sur trois cyclistes décédés lors d’un accident cette année, deux se trouvaient dans l’angle mort.»