Paris: Grève dans les stades et piscines le dimanche jusqu'au 4 décembre

SOCIAL Le mouvement social, qui dure depuis février, risque de se poursuivre jusqu'à décembre...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 25 fevrier 2013. Le mouvement de greve se poursuit chez les maitre-nageurs dans les piscines municipales parisiennes, comme ici a la piscine Armand Massard a Montparnasse. Leur fonctionnement est regulierement affecte le matin de 7h a 8h mais aussi sur le temps de la natation scolaire.    // PHOTO : V. WARTNER / 20 MINUTES
Le 25 fevrier 2013. Le mouvement de greve se poursuit chez les maitre-nageurs dans les piscines municipales parisiennes, comme ici a la piscine Armand Massard a Montparnasse. Leur fonctionnement est regulierement affecte le matin de 7h a 8h mais aussi sur le temps de la natation scolaire. // PHOTO : V. WARTNER / 20 MINUTES — VINCENT WARTNER / 20 Minutes

Les Parisiens ne sont pas prêt de pouvoir retrouver leur plongeon du dimanche. L'intersyndicale CGT-FO-Supap/FSU-SUD de la Direction de la jeunesse et des sports (DJS) de la Ville de Paris s'est prononcée mardi pour la poursuite de son mouvement de grève le dimanche, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

Une grève de février jusqu'à décembre

Le mouvement lancé le 23 février devrait durer jusqu'au 4 décembre, date des prochaines élections professionnelles, a affirmé William Bouffet, délégué syndical CGT. La grève touche chaque dimanche «entre 50 et 80%» des équipements sportifs de chaque arrondissement (terrains de sport, piscines), a-t-il assuré. Les grévistes réclament une revalorisation de leur prime dominicale, à 180 euros (contre 46 actuellement).

Quelles mesures?

Selon William Bouffet, la Ville aurait fait savoir qu'elle n'entendait pas négocier avant les prochaines élections professionnelles. La mairie n'a pu être jointe par l'AFP mercredi.

Le groupe UMP au Conseil de Paris compte pour sa part interpeller la Ville lors du prochain Conseil de Paris pour savoir quelles mesures «elle compte mettre en œuvre (...) afin de permettre aux Parisiens d'exercer à nouveau» leurs activités sportives.