Le PS de Paris affûte sa stratégie pour les législatives

POLITIQUE Les candidats PS investis pour les législatives de juin sont en pleine campagne, sur fond de soutien à Ségolène Royal. Hier, ils faisaient un point sur leur stratégie. Une réunion très féminine puisque, si seuls quatre hommes avaient fait le déplacem...

©2006 20 minutes

— 

Les candidats PS investis pour les législatives de juin sont en pleine campagne, sur fond de soutien à Ségolène Royal. Hier, ils faisaient un point sur leur stratégie. Une réunion très féminine puisque, si seuls quatre hommes avaient fait le déplacement, les dix femmes investies étaient présentes. Anne Hidalgo compte sur les divisions de la droite dans le 15e pour marquer des points. Annick Lepetit, élue de justesse en 2002 dans une 17e circonscription qui avait toujours été détenue par la droite, veut tenter de transformer l'essai. « C'était la circonscription de Panafieu, et avant elle, celle de sa mère. La droite estime qu'il n'est pas légitime que cette circonscription ait changé de bord. » Et Lyne Cohen-Solal ne désespère pas de déloger Jean Tiberi du mandat qu'il détient depuis 1967 dans la 2e circonscription, assurant que « le 5e arrondissement commence à bouger, le 6e, c'est plus difficile ».Seules trois candidates (sur vingt et un) ont été assignées à des circonscriptions détenues par la gauche. Ghislaine Salmat, qui avoue « débuter en politique », doit par exemple affronter Bernard Debré dans le 16e. « Au moins, si je gagne, je ferai la une des jour­naux », ironise-t-elle.

M. G.