Villepin annonce que le TGI ira à Tolbiac

URBANISME Le Premier ministre a demandé de lancer au plus tôt le concours de maîtrise d'oeuvre pour implanter le tribunal de grande instance dans la ZAC Tolbiac

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

L'Hôtel de Ville ne s'attendait pas à une telle annonce au beau milieu des vacances scolaires. Hier, Dominique de Villepin a fait savoir qu'il avait demandé de lancer « dans les meilleurs délais » le concours de maîtrise d'oeuvre pour implanter le tribunal de grande instance (TGI) de Paris dans la ZAC Tolbiac (13e). Alors que la Ville s'y est toujours opposée, préférant le site de Masséna (13e). « Nous avons joué la concertation depuis plus de trois ans, consulté les associations, étudié une douzaine de sites différents. Aujourd'hui, il faut donner une orientation à ce projet », assure le cabinet du garde des Sceaux. Et il « garde espoir » que Bertrand Delanoë « change d'avis », « au nom de l'intérêt général ».Un pari risqué, à en croire la réaction de l'Hôtel de Ville. « Notre position ne change pas d'un iota. Cette sortie est d'autant plus étonnante que le gouvernement devrait avoir recours à une loi pour exproprier la Ville et passer en force », selon le porte-parole du maire. Justement, cette loi « est à l'étude » au ministère de la Justice, modifiant les règles d'urbanisme votées en juin 2006 par le Conseil de Paris.Une réunion avait pourtant eu lieu entre Pascal Clément, le ministre de la Justice, et Bertrand Delanoë le 26 janvier. Le ministre avait soutenu au maire de Paris qu'« aucune décision ne serait prise par ce gouvernement », selon la Ville, qui parle d'un « coup de com » d'un Premier ministre en fin d'exercice. Hier, celui-ci a expressément demandé au préfet de région et à ses ministres de « prendre toutes les dispositions pour assurer la mise en oeuvre définitive du projet ». « La démarche est reconnue comme exemplaire par tous les professionnels de l'architecture et de l'urbanisme », faisant référence au concours d'idées qui avait été lancé par le ministère à l'automne. Deux cent soixante-quinze architectes avaient répondu à l'appel et proposé des projets. « Pour tenter de faire pencher la balance en leur faveur », selon la Ville, qui avait décidé de lancer ses propres études, cette fois sur Masséna, il y a quelques semaines. « Sur ce site de 130 hectares, il serait possible d'agrandir le TGI au fil des besoins. Pascal Clément semblait y être particulièrement sensible. Ce retournement de situation est étrange », conclut une proche de Bertrand Delanoë.

Magali Gruet