La Mairie de Paris veut faire la chasse au rouleau de papier toilette biodégradable

ENVIRONNEMENT Le produit poserait des problèmes sur le réseau d’assainissement et donnerait de mauvaises habitudes aux Parisiens…

Mathieu Gruel

— 

Illustration de papier toilette.
Illustration de papier toilette. — JACQUEMART/ISOPIX/SIPA

N’en jetez plus, la cuvette est pleine. La mairie de Paris part en guerre contre les rouleaux de papiers toilette Aqua Tube, de la marque Lotus. Ce produit, présenté depuis trois ans comme le premier rouleau biodégradable -et qui peut donc être jeté dans les toilettes- n’est pas vraiment du goût de l’adjoint (PS) chargé de la propreté à la mairie de Paris, rapporte Le Parisien ce jeudi.

Mao Peninou a en effet envoyé une lettre à la marque qui commercialise le produit, que 20 Minutes a pu consulter. Selon l’élu, ce rouleau provoquerait des problèmes sur le réseau d’assainissement de la capitale et encouragerait les Parisiens à prendre de mauvaises habitudes. «c’est un exemple criant d’une innovation technolgique présentée comme positive alors qu’elle ne l’est pas du tout», explique-t-il au Parisien.

Déchets supplémentaires

C’est lors d’une visite dans les égouts de Paris, il y a deux semaines, que Mao Peninou a été alerté par la situation. «Même si le rouleau se décompose, il vient salir l’eau, provoque des dépôts et vient encrasser nos usines de traitement d’eau», détaille en effet l’élu au Parisien.

Contactée par 20 Minutes, la mairie confirme son inquiétude quant au message véhiculé par la campagne publicitaire de la marque. «En gros, ils te disent que la cuvette serait une poubelle light», glisse-t-on du côté de la mairie. «Ce qu’on craint surtout, c’est que ça ajoute des déchets supplémentaires dans le réseau d’assainissement».

Un volume supplémentaire qui pourrait ensuite avoir des répercussions en termes de coût. Si aucune étude n’a encore été réalisée pour étudier le phénomène, «actuellement, l’assainissement de l’eau coûte 212 millions d’euros par an», rappelle-t-on à la mairie. Or, «tout ce qui encourage à jeter des choses dans la cuvette est mauvais», souligne Mao Peninou. «D’autant que, si on met dans le bac jaune, on sait parfaitement recycler ce tube en carton», ajoute l’élu.

La société SCA Hygiène Product, maison-mère de Lotus, qui a répondu au courrier de la ville, réfute les arguments de l’élu et assure au quotidien: «l’impact neutre pour l’environnement d’Aqua Tube, que celui-ci soit recyclé, composté ou jeté dans les toilettes».