Paris-New York : Une nouvelle compagnie aérienne lance le voyage d’affaires à prix low-cost

TRANSPORT AERIEN La Compagnie, c’est son nom, inaugurera son premier vol jeudi. Elle proposera dès novembre une desserte quotidienne en promettant des prix deux fois moins chers que ses concurrents…

Fabrice Pouliquen

— 

La Compagnie devrait inaugurer son premier vol entre Paris et New York, jeudi 17 juillet.
La Compagnie devrait inaugurer son premier vol entre Paris et New York, jeudi 17 juillet. — La Compagnie

Cocorico! Une nouvelle compagnie aérienne française devrait inaugurer son premier vol, ce jeudi, entre Paris et New York. Son nom? La compagnie. Difficile de faire plus sobre. Mais le pari est osé: «Lancer des vols low-costs en classe affaires entre Paris et New York», annonce Frantz Yvelin, PDG et co-fondateur de La Compagnie.

Concrètement, La Compagnie promet des vols deux voire trois fois moins chères que la concurrence sur le segment affaire. «Jusqu’au 15 août, nous aurons une offre promotionnelle à 1.776 euros l’aller-retour pour deux personnes, détaille Frantz Yvelin. A la rentrée, les vols oscilleront suivant la période et la date de réservation entre 1.300 et 4.000 euros l’aller-retour par personne.»

D’abord un seul avion de 74 sièges

A bord, la nouvelle compagnie aérienne, qui va employer 50 personnes, entend proposer un haut niveau de service. Elle n’exploitera dans un premier temps qu’un seul avion, un Boeing 757 de 74 sièges seulement. «Ce seront des sièges lits dotés d’un écran ultra haute définition en douze pouces, précise Frantz Yvelin. Les passagers pourront regarder des films, des émissions télévisées ou consulter la presse. D’ici la fin de l’année, l’avion sera aussi doté du wifi, ce que très peu de compagnies proposent sur des vols transatlantiques.» En vol, la restauration sera confiée au chef Christophe Langrée. Et au sol, les passagers patienteront dans des salons cosy à Rossy et à Newark, l’aéroport desservi à New York.

De quatre rotations par semaine en juillet, La Compagnie passera à cinq en août, six en septembre et en octobre puis à une desserte quotidienne en novembre. «A Charles-de-Gaulle (CDG), l’avion décollera à 17h50 pour atterrir à 20h30 à New York. Un retour sera proposé à 20h30 de New York avec une arrivée 11h30 à Paris.»

Pas un coup d’essai

Frantz Yvelin n’en est pas à son coup d’essai. En 2006, il lançait L’Avion, déjà une compagnie aérienne faisant le pari de la classe affaire low-cost entre Paris et New York. Elle sera rachetée en 2008 par British Airways, qui segmentera rapidement l’offre en trois catégories faute de réussir à rentabiliser le concept 100 % classe affaires.

Est-ce que ça peut marcher cette fois-ci? «Je ne suis pas sûr que ce modèle de tout classe affaire à prix discounté entre Paris et New York résiste très très longtemps, déclare Alexandre de Juniac, le PDG d’Air-France – KLM, dans une interview à La Tribune. Jacques Pavaux, consultant indépendant en transport aérien, se dit lui «dubitatif». «Avec un seul avion et une seule rotation par jour, l’offre peut être contrée par les grandes compagnies. Elles pourront faire partir à la même heure que La Compagnie un avion pour la même destination et à prix cassés.»

Mais Frantz Yvelin a des arguments. «Il y a 1,8 million de voyageurs chaque année sur les Paris-New York, dont une bonne partie veut voyager en classe affaire, observe-t-il. Or, les prix proposés aujourd’hui sur ce marché sont bien trop élevés. En nous concentrant que sur un seul produit et une seule qualité de service, nous pouvons faire baisser les prix.»

Un deuxième avion dans quelques mois

La Compagnie a réussi à lever 30 millions d’euros de fond auprès d’entrepreneurs dont notamment Charles Beigbeder. La société de Frantz Yvelin devrait aussi, d’ici quelques mois, exploiter un deuxième Boeing 757, dans la même configuration que le premier. «Il permettra soit d’ouvrir une deuxième ligne vers une nouvelle destination, soit de renforcer nos vols entre Paris et New York», explique Frantz Yvelin.