Les Femen expulsées de leur QG à Clichy

PARIS Les huit activistes qui vivent depuis novembre dans des bureaux vides à Clichy-la-Garenne doivent quitter leur QG…

Oihana Gabriel

— 

Des Femen le 19 avril 2014 devant les locaux que le mouvement féministe occupe à Clichy
Des Femen le 19 avril 2014 devant les locaux que le mouvement féministe occupe à Clichy — Thomas Samson AFP

Les huit Femen, activistes connues pour leurs interventions seins nus, ne pourront plus loger à Clichy. Le tribunal d’instance d’Asnières a condamné les militantes à quitter l’ancienne usine de traitement des eaux à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) qu’elles occupent depuis novembre dernier.

Elles doivent payer une amende pour occupation illégale

Attaquées par le Siaap (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne), elles devront lui verser 7.398,94 euros pour l’utilisation de l’électricité, mais également 1.500 euros pour l'avocat du Siaap. «Nous n'avons pas cet argent!, se lamente Inna Shevchenko, égérie du mouvement en France. Mais nous allons devoir lancer un appel aux dons à ceux qui nous soutiennent.»

Mais elle ne se laisse pas abattre. Contactée par 20 Minutes, elle conteste cette décision: «Je pense que cette décision est particulièrement dure parce qu'il s'agit des Femen. D'habitude les personnes expulsées ont un minimum de temps pour partir, alors que nous attendons la police dès aujourd'hui ou demain. Mais nous ne nous battrons par contre la police ce serait une perte de temps et d'énergie. Mais personne ne pourra nous arrêter.»

S'installer à Notre-Dame ou à l'Hôtel-de-Ville

Et Inna Shevchenko assure que son mouvement trouvera un nouveau QG à Paris. «Nous avons deux idées: nous installer dans l'église Notre-Dame de Paris ou à l'Hôtel-de-Ville.» Et elle lance un appel à la mairie de Paris, Anne Hidalgo, qui avait montré sa solidarité par le passé. « Elle ne nous a pas appelé aujourd'hui mais lorsque le Lavoix Moderne a brulé, elle nous avait envoyé un courrier pour dire sa solidarité. Mais elle n'était pas encore maire... On espère qu'elle montrera autant d'écoute en tant que maire de Paris et qu'elle pourra nous trouver une place à l'Hôtel-de-Ville.»