L'heure de vérité pour Jean-Paul Huchon

JUSTICE Le dernier ouvrage de Jean-Paul Huchon avait pour titre « Ceux qui aiment ne peuvent pas perdre ». Pour avoir trop aimé et trop favorisé sa femme, l'actuel président (PS) de la région Île-de-France pourrait pourtant aujourd'hui tout perdre....

©2006 20 minutes

— 

En adoptant son projet de schéma directeur 2007-2030 jeudi soir, le Conseil régional d'Ile-de-France a résolument opté pour une nouvelle politique d'aménagement, avec priorité donnée aux transports collectifs, au logement social et à la préservation de l'environnement.
En adoptant son projet de schéma directeur 2007-2030 jeudi soir, le Conseil régional d'Ile-de-France a résolument opté pour une nouvelle politique d'aménagement, avec priorité donnée aux transports collectifs, au logement social et à la préservation de l'environnement. — Stéphane de Sakutin AFP/Archives

Le dernier ouvrage de Jean-Paul Huchon avait pour titre « Ceux qui aiment ne peuvent pas perdre ». Pour avoir trop aimé et trop favorisé sa femme, l'actuel président (PS) de la région Île-de-France pourrait pourtant aujourd'hui tout perdre. Le tribunal correctionnel de Paris lui a reproché en janvier d'avoir favorisé des contrats entre la région et des entreprises qui embauchaient sa femme, intermittente du spectacle, en échange de l'obtention de marchés. Jean-Paul Huchon a fermement contesté les faits. Ce qui n'a pas empêché la procureure de requérir à son encontre dix mois de prison avec sursis, 75 000 e d'amende, et surtout un an de privation de droits civiques et civils. « L'élu ou l'agent public doit être insoupçonnable », avait ainsi expliqué la procureure. Si le tribunal la suit dans ses réquisitions, Jean-Paul Huchon, élu à la tête du conseil régional depuis 1998 et en principe jusqu'en 2010, pourrait faire appel de la décision. Mais il serait considérablement affaibli politiquement, et la sanction ferait grand bruit. Certains estiment d'ailleurs déjà que Ségolène Royal, dans un souci « d'ordre juste », lui demanderait alors de démissionner.

M. H.

Contre la femme de Jean-Paul Huchon, également mise en cause, la procureure avait requis six mois d'emprisonnement avec sursis et 50 000 e d'amende.