Le PCF pose une condition au contrat de projet Etat-région

ILE DE FRANCE La majorité régionale est en train de se diviser peu à peu sur le contrat de projet Etat-région 2007-2013. Après que les Verts ont annoncé dans le courant de la semaine qu'ils ne voteront pas ce document, les communistes vont déposer ce midi un amend...

©2006 20 minutes

— 

La majorité régionale est en train de se diviser peu à peu sur le contrat de projet Etat-région 2007-2013. Après que les Verts ont annoncé dans le courant de la semaine qu'ils ne voteront pas ce document, les communistes vont déposer ce midi un amendement en vue de donner la possibilité au président de la région de rouvrir la négociation avec le prochain gouvernement. « Si on l'obtient, on s'abstiendra lors du vote vendredi prochain, explique Gabriel Massou, président du groupe communiste au conseil régional. Sinon, nous nous prononcerons contre. »

Objectif de cet amendement : obtenir une enveloppe supplémentaire pour les transports. Celle-ci se chiffre aujourd'hui à 2,9 milliards d'euros ; l'Etat apportant 802 millions d'euros. « Les investissements prévus dans le schéma directeur de la région Ile-de-France (lire aussi ci-contre) représentent 30 milliards d'euros d'ici à 2030. A raison d'un milliard par an, ce sont donc six milliards d'euros qui devraient être inscrits dans le contrat de projet Etat-région », calcule Gabriel Massou. Sachant qu'obtenir une telle rallonge est illusoire, le président du groupe PCF souhaiterait aussi que cet amendement permette à la région de récupérer la gestion de certaines ressources.

Un rejet du contrat de projet serait très pénalisant pour l'Ile-de-France. L'Etat a en effet conditionné le financement de onze projets non achevés du contrat 2000-2006 à une signature immédiate. Et la menace est réelle puisque l'UDF et le FN pourraient aussi voter contre.

M. B.