Tourisme: Paris peut encore mieux faire

TOURISME A elle seule, la métropole parisienne a représenté 25 % de la fréquentation touristique en France en 2013. Et il y a de la marge pour améliorer ce score…

Fabrice Pouliquen

— 

16,6 millions de touristes étrangers ont séjourné dans le Grand Paris en 2013. Une fréquentation en hausse de 7% par rapport à 2012.
16,6 millions de touristes étrangers ont séjourné dans le Grand Paris en 2013. Une fréquentation en hausse de 7% par rapport à 2012. — PATRICK KOVARIK / AFP

En 2013, 29,3 millions de touristes ont posé leurs valises à Paris. «C’est tout simplement un record», annonce d’emblée Nicolas Lefebvre, directeur général de l’Office du tourisme et des Congrès de Paris. La fréquentation touristique grimpe à 46,8 millions de visiteurs, tous hébergements confondus, à l’échelle du Grand Paris. 

>> Lire aussi les cinq chiffres insolites du tourisme à Paris

Cette embellie est surtout portée par la clientèle étrangère. Ils étaient 12,1 millions à visiter Paris l'an dernier. «Une fréquentation en hausse de 7% par rapport à 2012 si on s'intéresse aux arrivées hôtellières, poursuit Nicolas Lefebvre. C’est deux points au-dessus de la moyenne mondiale qui est de 5 %.»

Le tourisme d’affaires joue aussi une place prépondérante à Paris. Lundi, l’ICCA (International congress and convention association) lui a même attribué la première place de son classement des villes mondiales ayant accueilli le plus de congrès d’envergure internationale. Les retombées économiques ne sont pas négligeables. Elles s’élèvent à 1,2 milliard d’euros en 2013 (+13 % par rapport à 2012).

6.000 chambres d’hôtel à mettre en chantier

Mais pour Jean-François Martins, nouvel adjoint à la Mairie de Paris en charge du tourisme, ce bilan ne doit pas inciter à relâcher les efforts. D’abord parce que les chiffres ne sont pas tous au vert. Le nombre de Français à visiter Paris est ainsi en baisse depuis 2012. Ils étaient 10,9 millions en 2013 à séjourner dans le Grand Paris, soit 8,6 % de moins qu’un an plus tôt. «Ensuite, parce qu’il y a toujours des améliorations à apporter, reprend François Martins. Que ce soit en termes de qualité de services, de sécurité, de cadre de vie.»

Sous la mandature d’Anne Hidalgo, la ville notamment prévoit la construction de 12.000 nouvelles chambres d'hôtel dans le Grand Paris, dont 6.000 dans Paris intra-muros. «Un vrai défi dans la mesure où les réserves foncières ne sont pas nombreuses, commente Jean-François Martins. Il faudra se montrer ingénieux, en imaginant par exemple des programmes mixtes, comprenant des équipements publics au rez-de-chaussée et des hôtels dans les étages. Nous l’avons déjà fait rue de Bagnolet (20e arrondissement).» L’adjoint entend aussi plancher sur la sécurité des touristes, la simplification des liaisons de transports entre les gares, les aéroports et les principaux sites touristiques ou encore le tourisme durable. «J’espère que Paris aura son premier hôtel à énergie positive d’ici à la fin du mandat», précise-t-il.

Euro de foot et mondial de hand à l’horizon

Depuis septembre 2013, la ville a aussi son Welcome city lab, un incubateur de start-up œuvrant dans le domaine du tourisme. Une vingtaine d’entreprises constituent la première promotion. Elles auront plusieurs grands événements sportifs à venir dans les prochaines années pour tester leurs idées. A commencer par le championnat d’Europe de football de 2016 et le championnat du monde de handball en 2017. Jean-François Martins annonce d’emblée la couleur: «Ce sera l’occasion de valoriser Paris comme un laboratoire touristique de pointe».