Jean-Paul Huchon à la rencontre des usagers de la ligne 13

TRANSPORT Le président du conseil régional d’Ile-de-France a décidé de se rendre dans les wagons de la ligne 13…

Sélèna Jeusset

— 

Jean-Paul Huchon, actuel président socialiste de la Région Ile-de-France.
Jean-Paul Huchon, actuel président socialiste de la Région Ile-de-France. — Eric Piermont AFP

Journal à la main et ticket dans l’autre, Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France et parton du Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) a décidé d’aller à la rencontre des usagers de la ligne 13 ce mercredi à 16h. De la station Saint-François Xavier jusqu’à celle de la Basilique Saint-Denis, les passagers ont pu observer cet usager original.

Se confronter avec la réalité

«C’est l’occasion d’échanger et de discuter avec les personnes qui prennent cette ligne au quotidien», souligne le président socialiste de la région Ile-de-France avant de s’engouffrer dans le métro.

Peu de monde à cette heure-ci, les débuts sont timides. Un premier usager prend la parole et approuve cette démarche: «C’est bien de venir voir comment c’est dans la réalité de prendre la ligne 13.»

«Les prix et les contrôleurs, eux c’est sûr, ils sont en progression»

Au bout de quelques stations, c’est au tour de Kamel de confier son opinion à l’homme politique. «Le métro s’est amélioré? Nous, on n’a rien vu! Par contre, les prix et les contrôleurs, eux, c’est sûr, ils sont en progression…»

Quelques passagers opinent à ces critiques. «Pourtant, les chiffres de la RATP disent que ça s’améliore et on a changé pas mal de trucs», argumente Jean-Paul Huchon.

Quelques répliques plus tard, les avis restent plutôt négatifs. «Non sincèrement, ça ne va pas, on ne voit pas les progrès», «là il y a moins d’affluence que d’habitude mais c’est les vacances, la semaine prochaine, c’est reparti pour la galère»…. Même si la plupart remercient Jean-Paul Huchon de «penser à eux», et de se confronter à leurs conditions de transports.

Des contrôleurs épuisés par une zone difficile

Il est temps de descendre, station Basilique Saint-Denis. Les contrôleurs, en pleine action, profitent de cette rencontre fortuite pour faire passer un message au président.

«On a besoin de plus de policiers, on est en sous-effectif. Il y a autant de voyageurs la nuit que le jour, et on est tout seul.» Pour Rachida, dotée d’un bandereau «RATP Contrôle» au bras, ça ne fait pas de doute «c’est de pire en pire, on ne va pas se voiler la face, le secteur nord est particulièrement difficile.»

Une évolution positive?

Le directeur de la ligne 13, Bruno Dumontet, tient à appuyer ces propos sur la complexité du réseau. «C’est une ligne très saturée, et qui se dédouble. Le moindre incident a forcément de fortes répercussions.»

Selon l’étude du Stif, les résultats sont en amélioration au niveau de la régularité, et de l’attente des usagers. Cependant selon les chiffres de l’OMNIL, la ligne 13 reste avant-dernière dans les chiffres calculant l’offre aux heures de pointe (à travers le pourcentage du nombre réel de métros en circulation par rapport au service commandé).