Samedi, place des Abbesses à Paris, c’est Michou Day

NUIT PARISIENNE Brushing impeccable, vêtements bleus et une bonne dose de légèreté. Vous n'aurez rien besoin de plus, samedi, pour participer au flashmob en l'honneur de Michou, figure incontournable des nuits de Montmartre...

Fabrice Pouliquen

— 

Lunettes, cravate, et veste bleues ainsi qu'un grand sourire... Les années passent, mais Michou, lui, ne change pas.
Lunettes, cravate, et veste bleues ainsi qu'un grand sourire... Les années passent, mais Michou, lui, ne change pas. — F.Pouliquen/20Minutes

Soyez bleu, soyez fou! Car samedi à Paris, 14h30 place des Abbesses (18e), c’est le Michou Day. Au coup de sifflet, le site Internet Que faire à Paris?, qui tient l’agenda culturel de la ville, invite qui veut à rendre hommage à Michel Georges Alfred Catty, alias Michou, figure incontournable de Montmartre où il fait vivre son cabaret depuis 1956. «L’idée est celle d’un flashmob, juste le temps de quinze minutes, pas plus», lance Silvie de Almeida, community manager du site. Au deuxième coup de sifflet, chacun reprendra sa vie.»

Brushing impeccable et vêtements bleus

Instant bref, mais sûrement intense, même si le programme entre ces deux coups de sifflet reste assez vague. Il y aura sûrement des Michettes, ces travestis que Michou fait chanter chaque soir dans son cabaret. Sûrement aussi des «Bonjours les amis», des «Youpiii» et des «Quelle belle soirée», trois phrases cultes que Michou ne cesse de répéter.

Une certitude en revanche: «Il faudra adopter le dress code de Michou, rappelle Silvie de Almeida. Brushing impeccable et vêtu tout de bleu, une couleur qu’il ne quitte jamais.»

Ce qui est sûr aussi, c’est que Michou, bientôt 83 ans, sera de la partie. Même si ce jeudi après-midi, attablé à la brasserie La Mascotte dans la rue des Abbesses, le personnage s’avouait inquiet. «On vient de m’apprendre cette fête, lance-t-il en sirotant son verre de champagne. Bien sûr, ça fait plaisir, mais c’est quoi au juste un flashmob? Ça m’angoisse tout ça…»

Cure d’optimisme

Mais pour Que faire à Paris?, il n’y a pas à discuter: Michou mérite «son day». «C’est l’optimisme et la joie de vivre incarnés, glisse Silvie de Almeida. Il avait inauguré notre rubrique le Paris des Parisiens, il y a un an, dans laquelle des habitants connus de la capitale nous donnent leurs bonnes adresses. La rédaction était tombée sous le charme du personnage.»

Que faire à Paris? n’est pas le seul. Il suffit d’être au comptoir d’un bar de la rue des Abbesses quelques instants avec lui pour s’en rendre compte. A Montmartre, c’est Michou la star. Il est constamment interpellé. Pas étonnant à en croire Rina Sherman qui prépare un documentaire sur les déjeuners-spectacles qu’il offre une fois par mois aux petites mamies de son quartier. «Michou est bien avec tout le monde, raconte-t-elle. C’est ce qui m’a le plus frappée chez lui: sa légèreté, sa disponibilité.»

«Un des précurseurs du South Pigalle»

Michou, c’est aussi et surtout une conception bien particulière de la nuit parisienne. Chaque soir dans son cabaret, après le dîner, ses Michettes, comme il nomme ses travestis, investissent la scène et imitent les stars du show-business actuelles ou anciennes. «Au final, c’est un peu lui l’instigateur du South Pigalle, ce quartier devenu branché avec l’ouverture de nouveaux bars et clubs et l’installation de bobos, observe Bertrand Mialet, fondateur de We buzz around, agence organisatrice de soirées à Paris. Il est l’un des premiers à avoir mis l’ambiance dans ce coin-là de Paris avec ses fêtes androgynes.»

Michou le reconnaît bien volontiers: son âge d’or est passé. «Je suis avec Régine l’un des derniers dinosaures de mon époque, s’amuse-t-il. La nuit parisienne s’est professionnalisée. A la tête des clubs et des cabarets, on trouve aujourd’hui une majorité de business men.» Tant pis, Michou continue de faire sa vie dans son cabaret qui affiche bien souvent complet les week-ends. «Et puis j’ai toujours la pêche», rigole-t-il. La preuve samedi. Michou a déjà préparé son discours: «Ça sera un grand moment, youpiiiiii.»