Anne Hidalgo réaffirme sa volonté de créer 5.000 places de crèche à Paris

PETITE ENFANCE La maire de Paris souhaite s’appuyer sur des initiatives innovantes telles que la crèche intergénérationnelle de Saint-Sabin (11e)…

Sélèna Jeusset

— 

La crèche intergénérationnelle de Saint-Sabin situé dans le 11e arrondissement de Paris le 15 avril 2014.
La crèche intergénérationnelle de Saint-Sabin situé dans le 11e arrondissement de Paris le 15 avril 2014. — Sélèna Jeusset

Avant 2001, l’Ile-de-France était le dernier département en termes d’accueil d’enfants en France, «il est désormais le premier», se réjouit Anne Hidalgo. A l’occasion d’un déplacement dans la crèche Saint-Sabin (11e), la maire de Paris a réaffirmé ce mardi sa volonté de créer d’ici à la fin de son mandat 5.000 nouvelles places pour répondre à la forte demande des parents dans la capitale. «Actuellement, Paris couvre 42 % des besoins avec 450 crèches et environ 33.000 enfants sont pris en charge», précise Florence Pouyol, directrice de l’ensemble des crèches parisiennes.

Un partage entre enfants et personnes âgées

Et pour atteindre son objectif, la Mairie de Paris compte s’appuyer sur des initiatives dynamiques, comme à la crèche de Saint-Sabin. Car malgré quelques endroits resserrés, le lieu est bien agencé: fenêtres de toutes les couleurs, petites salles thématiques, et même une terrasse permettant aux enfants de jouer dehors.

Mais surtout, cette crèche a mis en place, en collaboration avec l’Ehpad Bastille, un système intergénérationnel. Des retraités âgés de 85 ans et plus, handicapés ou non, viennent ainsi rendre visite aux enfants de grande section une fois par mois. «J’ai travaillé avec des seniors pendant longtemps, le lien qu’ils entretiennent avec les jeunes est magique, précise Florence Schutz, responsable de l’établissement. J’ai commencé à penser ce projet dès la création de la crèche en 2005.»

Des emplois à prévoir

Le partenariat a abouti avec succès il y a trois ans. Et pour Jessica et Héloïse, employées depuis huit ans, c’est une réussite. «Ça se passe vraiment très bien. Les retours sont toujours positifs, et on voit que des liens se forment avec les enfants. Ils font des lectures, des goûters… Un papy emmène même son harmonica à chaque fois pour jouer.»

Produire des lieux d’accueil nécessite aussi d’employer d’avantage. Et Anne Hidalgo a tenu à mettre l’accent sur le recrutement. «Nous allons même recruter directement dans les écoles afin de trouver du personnel qualifié, c’est une formation où il y a un métier à la clé.»