Les 5 problèmes les plus fréquents

©2006 20 minutes

— 

Une hot line « incompétente et extrêmement coûteuse » C'est l'avis de nombreux clients et associations. Et 70 e de communication dépensés en moyenne pour régler chaque panne. Les téléconseillers « ont une check-list de manipulations à vous faire faire, type réinstaller votre système, mais aucun moyen d'action sur le terrain. On vous balade à 0,34 euros la minute », assure Yves Coullet, président de Luccas, une association d'utilisateurs de Noos. Il est « pratiquement impossible » de parler à un technicien.

Non-restitution du dépôt de garantie du modem Stéphanie, habitante du 13e, a rendu son boîtier début juillet. Noos ne lui a toujours pas remboursé ses 75 euros de caution. « J'ai une copine avocate, je vais lui demander de mettre son cachet sur mon prochain courrier ! », assure-t-elle. « Ce problème revient systématiquement quand les gens résilient. Au mieux, vous aurez votre argent sous deux mois, si vous les harcelez », regrette Yves Coullet.

Non-mise en service de la ligne téléphonique Marie, 32 ans, habite dans le 19e. Sa facture affiche un abonnement téléphonique à 19,90 e par mois, « mis en service » le 11 octobre 2006. Mais elle ne reçoit aucun appel. Normal, Marie n'a toujours pas de tonalité sur sa ligne. « Un classique », pour les associations.

Des débits non respectés Elodie habite dans le 3e. Elle a récemment demandé à passer de 4 mégabits à 30 mégabits. Mais elle ne dispose toujours que d'un mégabit de débit. Un technicien est passé chez elle mardi. Il a changé son modem, qui ne lui fournit plus que... 512 kbits. « Le débit Internet est inégal pour un abonnement et un prix identique », confirme l'Accuf, une association de clients du câble.

Interruption du service pendant plusieurs semaines « Il faut en moyenne trois semaines à un mois pour rétablir le service en cas de panne », a constaté Yves Coullet. Actuellement, la majeure partie du 19e, mais aussi du 18e et du 14e sont privés de téléphone. Une situation qui dure, selon les quartiers, depuis le 4 ou le 25 décembre. « Noos a des problèmes de maintenance récurrents », assène Yves Coullet.

M. G.