L’économie francilienne peine à retrouver son dynamisme

ANALYSE Si la Chambre de commerce et d’industrie d’Ile-de-France relève dans son dernier bilan des améliorations, elles ne sont pas suffisantes pour relancer l’économie dans la région…

Jerome Comin

— 

Premier rendez-vous périlleux après l'échec de "l'inversion de la courbe du chômage": le nombre des inscrits à Pôle emploi fin janvier sera publié mercredi à 18H00, à un mois des municipales, alors que le gouvernement parie désormais sur le pacte de responsabilité.
Premier rendez-vous périlleux après l'échec de "l'inversion de la courbe du chômage": le nombre des inscrits à Pôle emploi fin janvier sera publié mercredi à 18H00, à un mois des municipales, alors que le gouvernement parie désormais sur le pacte de responsabilité. — Philippe Huguen AFP

Des signes positifs mais la santé du patient reste fragile. La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) d’Ile-de-France a dévoilé ce mercredi son rapport concernant la santé financière de la région sur le dernier trimestre 2013. «Si les signes d’amélioration apparus à la mi-2013 n’ont pas été remis en cause au quatrième trimestre de la même année, ils ne se sont toutefois pas affirmés plus clairement, précise la CCI dans un communiqué. Les évolutions demeurent ainsi hésitantes et fragiles pour tous les secteurs d’activité de l’économie francilienne.»

Du mieux pour les créations d’entreprises

Au chapitre des bonnes nouvelles, il apparaît que le nombre de défaillances d’entreprises s’est stabilisé, après avoir connu une hausse au trimestre précédent, pour atteindre un niveau comparable à celui d’avant crise.

Dans le même temps, le nombre de créations d’entreprises est lui reparti à la hausse (+1,7 % par rapport à la même période en 2012) même si cela ne suffit pas à redresser complètement la barre puisque, sur l’ensemble de l’année, la région reste sur un repli de 0,9 %. Autre bonne nouvelle, le taux de chômage connaît, pour la première fois depuis début 2011, une très légère baisse (0,1 %) pour s’établir à 8,6 %.

Le tourisme et l’immobilier en berne

Des signes encourageants mais de gros nuages restent à l’horizon pour l’économie en Ile-de-France. Car si le nombre d’emplois intérimaires a connu une hausse de 4,6 % après vingt-cinq mois consécutifs de replis, cette tendance à l’amélioration reste moins soutenue qu’au niveau national sur 2013 (respectivement +6,9 % et +8,1 %).

Dans le même temps, «le marché immobilier est resté atone, l’activité touristique a montré des signes de fatigue et, surtout, la hausse de demandeurs d’emplois franciliens – même ralentie – ne s’arrête toujours pas», s’inquiète-t-on du côté de la CCI. Seule éclaircie, le mouvement de hausse de demandeurs d’emploi a continué à ralentir, avec une augmentation de 7,7 % en décembre 2013 alors qu’elle était à deux chiffres au début de l’année (+11,6 % en avril par exemple). Des données qui font dire à la CCI que «le manque de dynamisme perdure» en Ile-de-France.