Happening de Roms à Paris pour dénoncer les clichés

MANIFESTATION Ce mardi est décrété journée internationale des Roms. L'occasion pour une trentaine de Roms parisiens de montrer qu'ils ont de l'humour... 

F.P. avec AFP

— 

Une trentaine de Roms était ce midi place de la République pour dénoncer les clichés qui circulent à leur égard.
Une trentaine de Roms était ce midi place de la République pour dénoncer les clichés qui circulent à leur égard. — /photo Les Enfants du Canal

«Voler des poules, c’est cool», «le RSA pour payer ma villa», «une pièce s’il vous plaît, pour ma Mercedes». Une trentaine de jeunes Roms ont brandi ces pancartes aux slogans ironiques ce midi, place de la République, à l’occasion de la Journée internationale des Roms.

«Les Roms savent manier l’humour»

«C’est le meilleur moyen que nous ayons trouvé pour tordre le cou aux préjugés qui circulent à l’égard des Roms, commente Christophe Louis, directeur de l’association Les Enfants du Canal, à l’origine de cette manifestation. A chaque publication dans les médias au sujet de cette population, nous retrouvons toujours ces mêmes clichés dans les commentaires des internautes: les Roms ont de belle voiture, les Roms sont des voleurs de poules… Ce midi, nous avons également prouvé que les Roms savent manier l’humour, être décomplexés et qu’ils ont la volonté de s’intégrer.»

«On veut montrer qu’on n’est pas méchants, qu’on n’est pas des voleurs», ajoute Stan Calin, 23 ans, Rom d’origine roumaine installé en banlieue parisienne.

Conditions de vie précaire dans les bidonvilles

Selon une enquête des Enfants du Canal, réalisée dans sept bidonvilles d’Ile-de-France auprès d’une centaine d’habitants, «seuls 7,6 % des personnes interrogées occupent un emploi déclaré» alors que les ressortissants roumains et bulgares ont accès au marché de l’emploi français depuis janvier 2014.

«Plus de 98 % d’entre eux disposent de revenus inférieurs au seuil de pauvreté», dénonce l’association, qui rappelle que cette population n’a pas accès «aux services élémentaires que sont l’eau ou l’électricité».

Au premier trimestre de cette année, les autorités ont démantelé 27 bidonvilles, ce qui a forcé près de 3.000 personnes à quitter leurs lieux de vie, selon un recensement de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et de l’European Roma Rights Center (ERRC).

Au total, 165 bidonvilles ont été démantelés en 2013, affectant 20.000 personnes soit deux fois plus qu’en 2012. Moins de 17.000 Roms vivent dans environ 400 campements illicites, selon des statistiques officielles.