Pollution: Chaque vendredi, des contrôles gratuits pour éviter l'amende

POLLUTION Ce jeudi, Airparif prévoit un nouvel épispode de pollution atmosphérique aux particules fines. Pour éviter l'amende, la police met en place des contrôles gratuits chaque vendredi au bois de Vincennes. Peu de Parisiens s'y pressent...

Fabrice Pouliquen

— 

Chaque vendredi, les policiers de l’Unité de contrôle technique analysent les fumées qui sortent de vos pots d'échappement. Sans qu'il y ait forcément d'amendes en cas de dépassement des seuils.
Chaque vendredi, les policiers de l’Unité de contrôle technique analysent les fumées qui sortent de vos pots d'échappement. Sans qu'il y ait forcément d'amendes en cas de dépassement des seuils. — Fabrice Pouliquen/20Minutes

Neuf heures –midi, au rond-point de la Mortemart à l’orée du bois de Vincennes. Chaque vendredi, depuis plusieurs années, les policiers de l’Unité de contrôle technique sont fidèles au rendez-vous. Difficile de les manquer avec leur fourgon aux bandes vertes et leur imposant opacimètre, cette machine qui contrôle les concentrations de fumées et de poussières à la sortie des pots d’échappement, bien en évidence sur la route. «En même temps, nous ne cherchons pas à nous cacher, lance le brigadier-chef Sébastien Cobalan. Bien au contraire, ces vendredis matins, les contrôles ne débouchent sur aucun procès-verbal. Nous faisons de la prévention.»

Peu de Parisiens en profitent

Tout automobiliste peut ainsi venir faire contrôler la moindre nuisance de son véhicule: le bruit, la surcharge, le débridage, mais aussi et surtout le taux de monoxyde de carbone qui sort du pot d’échappement. «Au final, peu de gens en profitent», regrette le capitaine Olivier Dupas qui dirige cette brigade. Il y a pourtant bien des Parisiens à s’arrêter aux contrôles. Mais ils sont, dans l’immense majorité, contraints. A l’image de Mohammed, au volant de son véhicule familial: «J’ai été contrôlé fin mars. J’avais un mois pour me présenter ici et prouver que j’avais bien mis ma voiture aux normes antipollution», explique-t-il.

Les seuils à ne pas dépasser sont très précis. Ils distinguent moteur diesel et moteur essence, prennent tantôt en compte l’opacité des fumées du pot d’échappement, tantôt les émissions de monoxyde de carbones émises pour la voiture. Pas facile donc à évaluer pour l’automobiliste lambda. «Mais les gens savent quand leur véhicule pollue plus que la normale autorisée, estime Sébastien Cobalan. Cela dépend bien souvent du soin qu’ils portent à leur voiture, à la fréquence à laquelle ils font leur vidange, au temps qu’ils prennent aussi pour chauffer le moteur avant de prendre la route…»

Jusqu’à 90 euros d’amende

Le laisser-aller peut coûter en cette période de dépassements à répétition des seuils d’information ou d’alerte à la pollution aux particules fines à Paris. Ce jeudi, Airparif prévoit justement un nouvel épisode de pollution atmosphérique aux particules fines. «Les contrôles, déjà fréquents en temps normal, sont multipliés à chaque pic, prévient Olivier Depas. Notre brigade peut assurer jusqu’à quatre points de contrôle en même temps dans Paris et les départements de la petite couronne.»

Et si vous polluez, vous en aurez pour 90 euros d’amende plus l’immobilisation administrative de votre véhicule. «C’est-à-dire la confiscation de votre carte grise jusqu’à ce que vous nous présentiez de nouveau votre voiture, ici au rond-point de la Mortemart, avec les réparations faites», détaille Sébastien Cobalan. Autrement dit, ça vaut le coup de prendre les devants.

Alerte pollution. Stationnement résidentiel gratuit ce jeudi

Airparif prévoyant un épisode de pollution atmosphérique aux particules fines ce jeudi, la Ville de Paris a décidé de rendre gratuit le stationnement résidentiel dans la capitale pour la journée. Des messages de prévention sanitaire seront aussi diffusés sur les panneaux lumineux de la mairie et sur paris.fr afin d’inciter les personnes fragiles à limiter leurs activités.