Transports: Les paris de la RATP pour l'avenir

TRANSPORTS «Je souhaite que 100% de nos bus soient électriques en 2025», a annoncé le président de la RATP, qui présentait ce lundi matin les résultats annuels positifs...

Oihana Gabriel

— 

Pierre Mongin, président de la RATP, le 14 octobre 2013.
Pierre Mongin, président de la RATP, le 14 octobre 2013. — ISA HARSIN/

A chaque année son record. Après un investissement de 1,5 milliard d’euros en 2013, trois prolongements de lignes de métro, deux créations de lignes de tramway, le renouvellement de rames sur les RER A et B, la RATP affiche à nouveau une certaine ambition pour améliorer les transports franciliens. Fier de présenter un bilan financier pour 2013 très positif (avec un chiffre d’affaires en augmentation de 4,2 %), Pierre Mongin, président de la RATP, a listé les prochains challenges du groupe:

Deux nouvelles lignes de tramway en 2014. Parmi les gros investissements de cette année, pour laquelle le budget total atteint 1,6 milliard d’euros, la RATP poursuit le développement du tramway dans la région. Ainsi, fin 2014, le T6 reliera Viroflay à Châtillon. L’autre bout de la ligne 13 du métro, Saint-Denis, sera relié via le T8 à la gare de Villetaneuse-Université. Soit 20 km en plus de tramway et un million de voyageurs quotidiens sur ce mode de transport non polluant.

Nouvelles rames. Le RER A accueillera 24 nouvelles MI09, tandis que 17 rames seront rénovées sur le RER B. De même, 30 nouvelles rames atteindront les lignes 9 et 14 du métro. Ainsi, fin 2014 un tiers de lignes seront dotées de trains nouvelle génération.

Propreté. «J’ai pris un engagement: d’ici à la fin 2014, je souhaite que les Parisiens voient un changement dans la propreté du réseau», souligne Pierre Mongin. L’établissement débourse ainsi 40 millions d’euros pour lutter contre les infiltrations d’eau.

Information. Des écrans affichent depuis quelques mois la durée d’attente des bus dans les stations de métro. En 2014, 700 écrans viendront compléter l’offre d’information sur tout le réseau.

Le Nouveau Grand Paris. Le chantier du prolongement vers le nord de la ligne 14 du métro va débuter avant juin. Et c’est la RATP qui sera gestionnaire d’infrastructures de ce tronçon du Nouveau Grand Paris qui comprend quatre nouvelles stations. A plus long terme, l’arrivée en 2020 de la ligne 15 «nous donne l’occasion de redéployer l’offre de bus, dans la durée (par exemple renforcer la desserte le samedi soir) et dans l’espace pour couvrir des zones franciliennes peu reliées», précise Pierre Mongin.

Bus électriques. «Je souhaite que 100 % de nos bus soient électriques en 2025», annonce Pierre Mongin. Et ce changement radical s’amorce dès 2014, puisqu’un appel d’offres sera lancé cette année pour une expérimentation sur quatre lignes de bus avec du matériel uniquement électrique. Les questions de batteries (dans un bus électrique testé par la RATP à Paris et venu de Shanghai, les batteries occupaient la moitié du véhicule…), de l’autonomie, de la maintenance doivent être abordées. «Si Paris est la première destination touristique du monde et que la RATP décide d’éradiquer les bus diesel de son parc, cet engagement sera suivi dans le monde entier», parie le président de la RATP. A condition que les constructeurs trouvent une solution pour le prix des bus électriques rejoigne celui des bus au diesel…

Bus au gaz. Le président de la RATP mise aussi sur le gaz, à condition qu’il soit renouvelable, pour faire tourner ses 4.500 bus. «Je souhaite en 2025 que 20 % de notre flotte marche au gaz», venu notamment de la méthanisation.