Quand Huchon recrutait sa femme

©2006 20 minutes

— 

Professionnelle du cinéma, notamment en tant que régisseur général, Dominique Le Texier a certes été consultée par le conseil régional mais "de manière totalement bénévole", a assuré son mari.
Professionnelle du cinéma, notamment en tant que régisseur général, Dominique Le Texier a certes été consultée par le conseil régional mais "de manière totalement bénévole", a assuré son mari. — Boris Horvat AFP/Archives

Mardi, Jean-Paul Huchon s'était fendu d'une « confidence » au tribunal correctionnel de Paris sur sa vision du mariage après un échec « douloureux » : « Ne plus jamais retravailler avec mon épouse. Ne plus se faire part de nos vies professionnelles. » Une véritable « muraille de Chine », comme l'a qualifié le président du tribunal. Du coup, Mme Huchon, intermittente du spectacle, n'aurait pas dit à son mari qu'elle avait été embauchée par des sociétés ayant remporté des contrats auprès du conseil régional que préside son époux ; ces CDD étant ses seules activités entre 2002 et 2004.

Mais hier, le président du tribunal a fendu la muraille. « Dans ce cas, n'est-ce pas une entorse à vos principes d'avoir, en 2004, embauché votre femme à votre cabinet, dans votre périmètre le plus proche ? On y perd son latin. » Huchon n'y perd pas son sang-froid : « A partir de 2004, on a voulu monter un festival du film sur l'environnement et il n'y avait pas de personne plus capable que ma femme... » Le président insiste : « N'aurait-il pas été judicieux de confier le recrutement à quelqu'un d'autre ? » Sauve qui peut : « Je n'aurais pas trouvé quelqu'un ayant une telle capacité à se défoncer. »

Quelques mois plus tôt, à Noël, au dos d'un menu de restaurant retrouvé par les policiers, Jean-Paul Huchon avait écrit comme résolution : « Te recruter avec contrat Galland. » C'était « une plaisanterie, a-t-il répété. Ce type de contrat, du nom d'un ministre, exige des diplômes et un profil que Dominique n'a pas. » Le tribunal jugera-t-il qu'un plaisantin est aussi capable de jeux de mots ?

M. Hajdenberg