L'opium repasse par la France

©2006 20 minutes

— 

Les douaniers de l'aéroport de Roissy n'avaient jamais vu ça. Le 3 janvier, ils ont trouvé 9,32 kg d'opium cachés dans des colonnes de marbre, qui voyageaient de Téhéran (Iran) à Paris sur un vol régulier commercial. Un détail qui les a alertés. « C'était un peu incohérent de transporter des colis si lourds par voie aérienne. Les usagers utilisent habituellement le bateau », raconte la direction générale des douanes et droits indirects.

Trois caisses sont alors fouillées. Leur emballage mentionne des « articles de décoration ». Mais à l'intérieur, au milieu de vases, les agents de la surveillance de la cellule de ciblage du fret découvrent trois colonnes creuses. Neuf paquets « de forme rectangulaire, contenant une substance compacte de couleur brune » se trouvent dans leur sommet. Il y en a pour 139 800 e. Une belle prise, vu que seuls 7 kg d'opium avaient été saisis entre 2000 et 2005 en France. Mais le record avait eu lieu le 8 octobre dernier, lorsque la brigade du tunnel sous la Manche avait arrêté un automobiliste australien, qui venait d'Allemagne et se rendait en Grande-Bretagne avec 35,65 kg d'opium dans son véhicule. « C'est un phénomène nouveau qui est en train de s'installer, estiment les douanes. Ça a été fort en 2006, et ça continue manifestement en 2007. Les moyens utilisés sont inhabituels. »

A Paris, la police judiciaire n'a pas enregistré ces derniers temps de consommation plus importante d'opium, qu'elle estime « à la marge ». « Ici, c'est plutôt le Subutex qui monte. »

Magali Gruet