VIDEO. Taxi, VTC, covoiturage… Quelle est l’offre la plus efficace à Paris?

Jérôme Comin, Nicolas Beunaiche, Vincent Colas et Jonathan Duron pour la vidéo

— 

 Trois journalistes de «20 Minutes» ont testé les offres de taxi, VTC et covoiturage à Paris.
 Trois journalistes de «20 Minutes» ont testé les offres de taxi, VTC et covoiturage à Paris. — 20minutes.fr

Les syndicats de taxis manifestent ce lundi à Paris pour demander à l'État «de prendre ses responsabilités» pour préserver leur profession face à la concurrence «déloyale» des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). C’est dans ce contexte que 20 Minutes a décidé de tester les offres proposées dans la capitale.

Le principe: partir de la rédaction du journal, situé boulevard Haussmann (9e), à 12h pour nous rendre dans un restaurant place de la Nation (11e) en utilisant un taxi traditionnel, un VTC et une offre de covoiturage payante. Qui remporte la course? 

Taxi G7 au pas de course

Temps d’attente : 6 minutes. Trajet: 26 minutes. Tarif: 15,90 euros

Départ 12h. Le temps de parcourir les 600 m qui séparent la rédaction de 20 Minutes de la station de taxi la plus proche à Trinité (9e), je me retrouve à 12h05 devant une borne. Six minutes plus tard, un taxi arrive et me prend directement. Le chauffeur de la Prius n’est pas très loquace. Tout juste rigole-t-il quand je lui demande dans combien de temps on arrivera. «Si seulement je le savais…» Branché sur France Info, il ne tarde pas cependant à embrayer la discussion sur le mouvement de grève de lundi. «C’est à cause des VTC là, ils nous font une concurrence déloyale car ils peuvent prendre des clients sans attente et n’ont pas à supporter nos charges et les formations qu’on doit suivre», peste-t-il au volant en zigzaguant entre plusieurs voitures. A 12h37, il me dépose à mon lieu de rendez-vous avec 15,90 euros au compteur.

Uber en retard

Temps d’attente: 4 minutes. Trajet : 40 minutes. Tarif: 35 euros

Après un léger bug, l'appli finit par me répondre. La voiture la plus proche? Une berline située à cinq minutes de là. Parti en deuxième position, je suis pourtant persuadé de refaire mon retard. D'autant que Christian, mon chauffeur, déboule en bas de l'immeuble une poignée de secondes seulement après moi. Le trajet s'annonce bien: une bouteille d'eau, des bonbons et des exemplaires de Paris Match. Mieux encore, Christian, dans son costume, s'avère très plaisant. Seul souci: il a choisi la route des Grands boulevards, bien embouteillés. Passé République, il a beau slalomer entre les voitures, à défaut de pouvoir emprunter les couloirs de bus, le temps s’écoule... Après quasiment 40 minutes, Nation est en vue. Reste à trouver le point de rendez-vous. Facile pour qui connaît Paris comme sa poche, moins pour Christian, qui se perd dans les rues alentour, avant de retrouver son chemin... et de me laisser à 50 m du restaurant. Verdict: 35 euros. Aïe. Il me reste un exutoire: l’évaluation de mon chauffeur qu'Uber me propose de faire.

Treize «Miinute» d'attente

Temps d’attente: 13 min de galère. Trajet: 26 min porte-à-porte en RER. Prix: 1,70 euros

Ça fait jamais plaisir de se faire éconduire. Via une application mobile, Miinute propose de mettre en relation gratuitement et sans commission conducteurs et passagers pour un trajet en covoiturage. Certains sites Internet (qui n’ont certainement pas testé l’appli dans les mêmes conditions que 20 Minutes) pensent avoir découvert l’autostop du futur. En une minute, l’appli est téléchargée et le compte créé. Une fois le trajet précisé, le numéro de téléphone d’un conducteur s’affiche, ainsi que le prix de la course - 9 euros pour rejoindre la Place de la Nation. Après treize minutes, sept appels, deux messages et trois reconnexions pour essayer d’obtenir un autre chauffeur (à chaque fois, l’appli me propose le même), le RER m’apparaît  comme la meilleure solution pour me rendre au point de rendez-vous. Vive le(s) transport(s) en commun!

Méthodologie

Ce test a été réalisé le vendredi 7 février 2013. Il a débuté à 12h. Dans d’autres conditions (heure, jour, circulation…), les résultats auraient certainement été différents.