Nogent se fait épingler sur sa gestion

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Attribution non justifiée de véhicules de service, ruptures de contrats maladroites, explosion de l'embauche de personnel et augmentation de la fiscalité prématurée. Le rapport rendu récemment par la chambre régionale des comptes (CRC) sur Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) est particulièrement sévère. Il conseille à la ville d'« éviter de prendre des décisions sans avoir auparavant analysé les risques juridiques et financiers », faisant référence à des contrats rompus, à la gestion du stationnement payant notamment, qui « coûtent très cher à la ville », selon Christian Descheemaeker, président de la CRC.

Sur le dossier de la fiscalité, qui a augmenté de 25 % en 2004, le maire (UMP) Jacques J. P. Martin explique qu'il a voulu « provisionner » la somme pour laquelle la ville pourrait être condamnée, à la suite d'un incendie provoqué par un agent. « N'importe quel maire aurait fait ça. Quand le tribunal rendra sa décision, nous pourrons payer », assure-t-il. « Faux », estime le président de la CRC. « Il faut provisionner, mais pas autant. Il n'y avait pas lieu de lever l'impôt si tôt. Généralement, on attend d'être condamné ! On peut se demander ce qui se cache derrière. Si c'est un manque de savoir-faire technique, ou une façon d'engranger de la fiscalité pour masquer autre chose. » Jacques J. P. Martin promet de baisser la fiscalité locale de « plus de 10 % » en 2007, après l'avoir diminuée de 2 % en 2005 puis de 3,5 % en 2006.

La CRC critique aussi la mise à disposition de véhicules municipaux à des agents qui ne sont jamais d'astreinte, et l'accord d'« avantages », comme la « gratuité » d'un parking, à certaines personnes depuis 1992. « La municipalité est généreuse », ironise la CRC. Les charges de personnel ont également augmenté de 18 % depuis 2001, ce que le maire explique par la « remunicipalisation » de certains services.

Magali Gruet