La France à la pointe

©2006 20 minutes

— 

Pionnière des transports automatiques en Europe, la France souhaite garder un train d'avance sur ses voisins. Ainsi, plus de vingt ans après avoir inauguré sa première ligne de métro automatisée – le VAL, à Lille en 1983 – plusieurs de ses grandes villes s'en sont équipées à leur tour, comme Lyon, Rennes, ou Toulouse, qui inaugurera l'année prochaine une seconde ligne. A Paris, après OrlyVal et Meteor (surnommé le « grand frère du VAL de Lille »), l'aéroport de Roissy doit accueillir en 2007 le CDGVAL, ligne de métro interne desservant ses différents terminaux. « On ne fait quasiment plus de nouveau métro sans automatisation, au moins partielle », assure Gérard Couvreur, directeur de l'unité de recherche sur l'évaluation des systèmes de transport automatiques à l'Inrets.

Dans les autres pays, l'automatisation se développe aussi, mais plus doucement. Ainsi Londres ne possède qu'une ligne automatique, celle des Docklands, qui dessert l'est de la ville. En Allemagne, Nuremberg tente d'être la première ville « automatisée » du pays. Elle aussi veut réussir le pari de transformer une ligne existante, « mais elle connaît quelques difficultés », assure la RATP, qui conserve un oeil attentif sur l'évolution de ce dossier outre-Rhin. « Il existe, partout en Europe, notamment à Madrid et Lisbonne, beaucoup de lignes quasiment automatiques, où le conducteur n'a vraiment plus grand-chose à faire. On appelle cela le drive less », ajoute Gérard Couvreur.

M. B.