— no credit

Paris

L'agresseur de Chahrazad interpellé

Il y a un an, Chahrazad a été brûlée à 60 % à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), par un jeune homme dont elle avait repoussé la demande en mariage

Elle n'y croyait plus. « Surtout après ma dernière rencontre avec la juge d'instruction, le 14 septembre. Elle m'avait fait comprendre que mon agresseur ne réapparaîtrait peut-être jamais », racontait hier Chahrazad, brûlée à 60 % il y a un an, quasiment jour pour jour, à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), par un jeune homme dont elle avait repoussé la demande en mariage. L'interpellation vendredi d'Amer Butt, son agresseur présumé, l'a « surprise » et « soulagée ». Ce Pakistanais de 25 ans se cachait dans son pays depuis un an. Comme Chahrazad le pressentait. « Je pense même qu'il a bénéficié de complicités en France. » Amer Butt a décidé de se rendre, et a été interpellé à sa descente d'avion, à Roissy, vendredi soir. Il a été mis en examen pour tentative d'assassinat, et écroué. L'enquête s'était accélérée la semaine précédente quand des policiers de la brigade criminelle de Paris s'étaient rendus au Pakistan, et avaient pu le localiser, « en parfaite coordination avec les autorités locales », selon une source proche du dossier.

Après de nombreuses opérations chirurgicales, Chahrazad, qui n'a pas retrouvé l'usage de la main gauche, et dont le visage reste marqué, veut que son agresseur « paie pour ce qu'il a fait ». « Je n'ai pas peur de le voir, même si je n'en ai pas envie. Et je serai là au procès. » Un procès qu'elle et sa famille appréhendent. « On va l'attendre avec impatience, mais on a peur d'être déçu par une peine trop légère », confiait hier Abdelaziz, le frère de Chahrazad.

Mickaël Bosredon