Marion : "Quand j'aurai des enfants, je les conduirai à Auschwitz"

— 

Benoît XVI ira prier au camp d'Auschwitz dimanche, au dernier jour de son voyage en Pologne, un rendez-vous lourd de signification pour le pape allemand qui fut enrôlé de force à l'adolescence dans les jeunesses hitlériennes.
Benoît XVI ira prier au camp d'Auschwitz dimanche, au dernier jour de son voyage en Pologne, un rendez-vous lourd de signification pour le pape allemand qui fut enrôlé de force à l'adolescence dans les jeunesses hitlériennes. — Janek Skarzynski AFP/Archives

« Ca m'a permis de relativiser. De sortir de mon cocon de vie privilégiée. Je vais en parler à ma famille, et plus tard, quand j'aurai des enfants, je les conduirai à Auschwitz. C'est le symbole de toutes les atrocités humaines. On se sent tout petit. Ce qui m'a le plus marqué, c'est quand je suis rentré dans le bâtiment des femmes, de voir les planches sur lesquelles elles dormaient. Puis à la fin, d'entrer dans la chambre à gaz. Au début, je n'y croyais pas, mais d'entrer dans le four, ça m'a fait un choc. Si j'avais été toute seule, je me serais sentie comme dans un cimetière. C'est quelque chose de fort, mais d'y aller en groupe, avec ses copains, ça ne facilite pas le recueillement. C'est une démarche et des sensations très personnelles, et je pense que c'est plus puissant si l'on s'y rend seul ».