Mariage pour tous: 270 unions célébrées cet été à Paris, près de 700 dossiers déposés

SOCIETE Sans surprise, les arrondissements de gauche enregistrent nettement plus de dossier que ceux de droite...

Enora Ollivier

— 

Des militants pro-mariage pour tous devant la mairie du 4e arrondissement de Paris, le 23 avril 2013.
Des militants pro-mariage pour tous devant la mairie du 4e arrondissement de Paris, le 23 avril 2013. — Francois Mori/AP/SIPA

Paris, l’été: sa plage, ses berges, ses rues désertées… et ses salles des mariages. Comme partout en France, la capitale a célébré ses premières unions entre homosexuel-le-s cet été. Du 18 mai (date de la promulgation de la loi) au 24 août, 270 mariages entre personnes du même sexe ont eu lieu et 691 dossiers ont été déposés.

Le chiffre global cache de grandes disparités selon les arrondissements et leur couleur politique, même si tous sans exception ont célébré au moins un mariage homosexuel depuis la mi-mai. Les mairies de gauche affichent, en effet, nettement plus d’unions entre personnes du même sexe que celles de droite.

«Une appétence à se marier dans une mairie militante»

En tête de ce classement, le 11e arrondissement totalise à lui seul quasiment 12% des dossiers de mariages entre personnes du même sexe de la capitale, devant le 18e, le 10e, le 12e et le 19e, selon les chiffres que s’est procuré 20 Minutes. Pourquoi tant de goût pour le 11? «Il y a des raisons sociologiques et générationnelles, c’est un arrondissement plutôt jeune», avance Patrick Bloche, député-maire PS de l’arrondissement, qui a marié 15 couples homosexuels sur les 30 qui se sont dit «oui» depuis la promulgation de la loi.

Et puis, «il y a une appétence pour se marier dans une mairie militante», rappelle celui qui était rapporteur de la loi sur le Pacs et auteur d’une première proposition de loi sur le mariage homosexuel en 2011. Patrick Bloche y voit «un beau symbole» pour cet arrondissement qui partage avec d'autres la place de la Bastille, théâtre de la Révolution française, «grâce à laquelle l’inscription "liberté, égalité, fraternité" est écrite sur le fronton de nos mairies».

En queue de peloton, on trouve les 1er, 5e,   7e et 8e arrondissements, qui ont enregistré chacun moins de 10 dossiers.  Il n’y a pas là d’anomalie, défend Jean-François Legaret, maire UMP du 1er car «on est dans l’arrondissement le moins peuplé de Paris, et où il y a le moins de mariages en général», pas plus d'une centaine chaque année.

52 mariages à Toulouse, 15 à Lille

Si l’ex-candidat à la primaire pour les municipales à Paris s’est opposé à la loi sur le mariage pour tous, il a «toujours indiqué qu’en tant qu’officier d’état civil», il unirait des gays et des lesbiennes. Il a d'ailleurs célébré son premier mariage homosexuel samedi dernier. En revanche, des couples ont demandé à ne pas être mariés par lui, assure-t-il.

Paris arrive en tête des villes françaises  pour le nombre de mariages homosexuels. Selon nos informations, à Toulouse, 52 mariages ont été célébrés ou sont programmés, 35 environ à Marseille et à Bordeaux, 33 à Strasbourg, 15 à Lille. Pas de rush dans les mairies, donc, mais, c'est Patrick Bloche qui l'affirme, une «montée en puissance sereine». Rendez-vous en 2014 pour les chiffres définitifs, établis par l'Insee.