Le métro jusqu’à 2 h conduit à la grève

— 

 
  — no credit

 Un mois environ avant que le service dans lemétro soit prolongé d’une heure la nuit, les syndicats CGT et SUD appellent les salariés du métro et du RER à faire grève demain. Mais les perturbations devraient être limitées. La direction de la RATPprévoyait hier trois métros sur quatre en moyenne, et un trafic normal
sur le reste du réseau. Pourtant, l’enjeu est de taille : il s’agit d’ouvrir le métro parisien et les lignes de bus en correspondance jusqu’à 2 h 15 les samedis et veilles de jours fériés à partir de fin décembre. Et idem les vendredis à compter de fin 2007. Cette décision, prise en avril dernier par le Syndicat des transports d’Ile-de- France (Stif), vise à faciliter le transport des voyageurs nocturnes.«Paris n’est pas vraiment en retard par rapport aux autres capitales [voir l’infographie] », indique Grégoire Koenig du Stif, «mais il était nécessaire de permettre aux Parisiens de sortir et de travailler ». Bien que ne se disant pas opposée au projet, la CGT estime que « la RATP méprise les agents et se moque des usagers » en consacrant 10,9millions d’euros par an au financement de l’heure supplémentaire de service, alors que le Stif lui a alloué « 20,5 millions d’euros par an » sur ce projet. » « Il y avait les moyens d’organiser un roulement pour que les mêmes conducteurs ne travaillent pas tous les week-ends, et pour qu’ils soient mieux payés. »De son côté,SUD regrette que les métros «parcourent un
nombre de kilomètres de 3% supérieur, sans qu’un euro ni une embauche ne soient prévus à la maintenance ». La RATP assure que ce prolongement va entraîner la création d’une centaine de postes de conducteurs demétro, et d’une quarantaine de places de machinistes pour les bus. Quant aux usagers, ils semblent satisfaits de cette décision.Fort du constat que « la fréquentation des bus de nuit Noctilien a augmenté de 60%depuis leur mise en service, en septembre dernier », Yves Boutry, de la Fédération des associations d’usagers des transports d’Ile-de- France, estime que«prolonger lemétro la nuit répond à un réel besoin ».

Laure de Charette