La Ville fait une mise au point sur ses photos

©2006 20 minutes

— 

Riche de dix millions de photographies, la Ville de Paris souhaite mettre davantage en valeur ce patrimoine fragile. « Avec le Mois de la photo, le moment nous a semblé opportun », a déclaré hier l'adjointe chargée du Patrimoine, Moïra Guilmart, avant de présenter le plan de « conservation et de diffusion du patrimoine photographique de la Ville de Paris ». Les fonds les plus importants sont détenus par l'agence filialisée Roger-Viollet (avec 5 à 7 millions de photos), suivie de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (1 million) et du musée Carnavalet (150 000). Constituée depuis le début de la photographie, cette collection de clichés fragiles « revêt une valeur artistique, économique et historique, mais pourrait disparaître avec le temps, » rappelle Moïra Guilmart.

L'atelier de restauration et de conservation de la photographie de la Ville de Paris s'occupe depuis 1983 de les préserver, et nombre d'entre eux seront bientôt numérisés. Une nouvelle structure, la Parisienne de photographie, a été créée en ce sens. « Notre travail consiste à transformer, sur huit ans, 500 000 images en pixels, afin de les diffuser, de les montrer mais aussi de les vendre », précise sa directrice, Nathalie Doury. La commercialisation de ces photographies issues de fonds publics est en effet « nécessaire pour financer ce plan de conservation », selon Moïra Guilmart. Cette synergie vise, à terme, à satisfaire, selon la Ville, « l'engouement grandissant des Parisiens pour la photo ».

Jeanne Dréan