En prison après avoir tué son cambrioleur

©2006 20 minutes

— 

L'incarcération d'un homme de 58 ans, soupçonné d'avoir tué un cambrioleur qui s'était introduit chez lui à Nogent-sur-Marne (94), suscite de plus en plus de réactions. Hier, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a même attiré « très spécialement » l'attention du garde des Sceaux, Pascal Clément, sur ce cas. De son côté, le syndicat de police Synergie ne « comprend pas » cette décision.

Le 27 octobre, l'homme est agressé chez lui, vers 10 h, par trois individus qui veulent le cambrioler. Ils commencent par battre sa femme, puis un coup de feu part. L'arme, un 357 Magnum, tombe à terre. L'homme, directeur commercial de profession, s'en saisit et poursuit un des agresseurs. Il lui tire une balle dans le dos, puis deux autres au moment où il tente de s'échapper par la fenêtre. Atteint par les trois balles, Pascal Hilaire, 26 ans, s'écroule un étage plus bas. Mort. Selon Nicolas Sarkozy, « nos concitoyens ont du mal à admettre qu'un honnête homme, agressé chez lui, menacé de mort et craignant pour la vie de son épouse soit en retour mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire ». La chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris examinera la demande de remise en liberté vendredi.

Mickaël Bosredon