Fin du conflit à la STRAV : reprise du trafic des bus

— 

Le trafic des bus de la STRAV (groupe Veolia), qui dessert le Val-de-Marne et l'Essonne, a repris normalement mardi matin sur toutes les lignes, après un accord intervenu lundi soir entre la direction et les conducteurs pour sortir du conflit, a-t-on appris auprès de la direction.
"Le trafic est normal sur toutes les lignes du Val-de-Marne et de l'Essonne", a indiqué à l'AFP Romain Béteille, directeur de la STRAV, dont le siège est à Brunoy (Essonne).
A l'issue de nouvelles négociations menées lundi soir, la direction et les syndicats qui appelaient à la grève - Fédération nationale des chauffeurs routiers (FNCR), CGT et CFTC - sont parvenus à un accord pour sortir du conflit lié à la mise en place d'un "service renforcé" sur une ligne.
La rémunération des heures de nuit, au nombre des revendications des grévistes, a été étendue sur une plage horaire plus longue (21H00-6H00) et revalorisée sur l'ancienne plage horaire (22H00-5H00), a précisé M. Béteille. Concernant la sécurité, des personnels de la STRAV assureront la nuit la régulation et le contrôle de sécurisation en attendant de former une équipe extérieure et des essais seront menés avec des bus dotés d'une cabine anti-agression.
Enfin, il a été décidé de compenser la perte d'une prime d'environ 80 euros en moyenne, liée à la pénibilité et à deux prises de service par jour, jusqu'à la mise en place d'une nouvelle organisation du travail qui sera négociée dans les six mois, a ajouté M. Béteille.
Le mouvement de grève avait débuté mercredi dans le Val-de-Marne sur la ligne Boissy-Saint-Léger/Villeneuve-Saint-Georges, concernée par la mise en place d'un service renforcé (meilleures fréquences dans la journée, extension du service jusqu'à 00H30). Il s'était étendu jeudi à l'Essonne. Lundi, le trafic était assuré à 60% dans l'Essonne, mais seulement à 5% dans le Val-de-Marne.