Vers un Monopoly des édifices classés

©2006 20 minutes

— 

Et si le salut venait d'ailleurs ? Selon plusieurs observateurs interrogés, les étrangers – Américains, Allemands, et émirs du Golfe persique en tête – commenceraient à investir dans les Monuments historiques classés. « En fait, on observe une double tendance, explique Pierre Housieaux, président de l'association Paris historique. Depuis quatre ans environ, l'Etat met en vente un certain nombre des monuments classés qui lui appartiennent, n'ayant plus les moyens de les entretenir ». C'est le cas de deux hôtels particuliers classés de la rue des Francs-Bourgeois, situés dans le secteur sauvegardé du Marais, qui seront mis en vente le 12 novembre.

D'autre part, les acheteurs étrangers se presseraient désormais souvent au portillon, « désireux d'investir dans un quartier historique parisien », selon Pierre Housieaux. Ainsi plusieurs hôtels classés de la place Vendôme sont récemment passés entre les mains de ressortissants des Emirats Arabes Unis. Visiblement, peu leur importe de ne pouvoir entreprendre de travaux librement sur leur bien, comme l'imposent les contraintes propres à la protection au titre des Monuments historiques. Reste qu'aucune donnée précise sur l'ampleur des rachats par les étrangers n'est encore disponible. « En réalité, on est surtout inquiet que l'Etat se désengage et ne soit plus capable de restaurer son patrimoine », indique-t-on au cabinet de Moïra Guilmart, adjointe au maire chargée du Patrimoine.

L. d. C.