Monuments, triste état des lieux

©2006 20 minutes

— 

Paris se dégrade-t-il ? Certes la piscine Pailleron (19e), classée à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1998, a rouvert ses portes mercredi. Mais de nombreux spécialistes estiment qu'environ 20 % des 1 787 Monuments historiques classés de Paris sont menacés, soit plus de 350 bâtiments. « Les monuments les plus prestigieux, comme Notre-Dame-de-Paris, ont été restaurés, parfois trop même. Ils sont mieux entretenus qu'il y a quarante ans. Mais les plus petits peinent à l'être, si bien qu'ils prennent l'allure de verrues dans des rues aux immeubles souvent ravalés », déplore Olivier de Monicault, qui préside l'association SOS Paris. Membre de la Commission du Vieux Paris, comité consultatif présidé par le maire de Paris, il évoque également « les monuments détruits ou mal restaurés, les ensembles défigurés, le charme des quartiers sacrifiés » au cours de ces trente dernières années.

La plupart des Monuments classés de la capitale étant privés et les autres appartenant à l'Etat et à la Ville de Paris, les responsabilités sont partagées. En juin, la mairie a décidé de protéger près de cinq mille « quartiers, monuments et sites pour des raisons d'ordre culturel, historique ou écologique » via le plan local d'urbanisme, afin qu'ils ne soient ni démolis ni transformés. Signe que la volonté politique de protéger le patrimoine existe. Ne manquent que les crédits.

Laure de Charette

Le privé rechigne parfois à restaurer son patrimoine, en raison des coûts. A l'image de l'entreprise propriétaire de la Ferme de Montsouris (14e), qui veut démolir le bâtiment pour y construire des logements.