Agression d'un militant d'extrême gauche à Paris: Le FN n'a «aucun rapport» avec l'agression, selon Marine Le Pen

P.B. et C.C. avec AFP

— 

Marine Le Pen à Villeneuve-sur-Lot le 4 mai 2013.
Marine Le Pen à Villeneuve-sur-Lot le 4 mai 2013. — JDD/SIPA

Clément Méric, un militant d'extrême-gauche âgé de 18 ans agressé par des skinheads à Paris, mercredi en fin d'après-midi, est mort, selon le Parti de Gauche. Au cours de la nuit, les réactions se sont multipliées.

>> La synthèse d'actualité à lire ici

Manuel Valls (communiqué)

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a déclaré ce jeudi sa «totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l'extrême droite». Lors d'une bagarre entre «deux groupes de personnes, très probablement pour des raisons d'ordre politique», «un militant d'extrême gauche a été très violemment frappé par plusieurs skinheads», a précisé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué avant de se rendre sur place (voir la vidéo ci-dessous.

 

Marine Le Pen, présidente du Front national

Marine Le Pen a assuré ce jeudi que son parti n'a «aucun rapport» avec la mort «épouvantable» de Clément Méric. Alors que Manuel Valls a indiqué que cette agression porte la marque de l'extrême droite, l'eurodéputée a déclaré sur RTL que le FN «n'a aucun rapport, ni de près ni de loin» avec «ces actes inadmissibles et insupportables».

Anne Hidalgo, candidate à la mairie de Paris

«Cette agression ignoble doit être condamnée», a-t-elle déclarée sur I-Télé.

Clémentine Autain, membre de la coordination du Front de gauche (Twitter)

Sergio Coronado, député EELV de la 2e circonscription des Français de l'étranger (Twitter)

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë (communiqué)

«J'apprends avec horreur l'agression mortelle perpétrée par des militants d'extrême droite dont a été victime un jeune militant aux abords de la gare Saint Lazare ce soir. Je souhaite que la police et la justice parviennent à identifier rapidement les coupables et à prendre toutes les mesures qui s'imposent», écrit-il en adressant ses «pensées les plus émues à sa famille et a ses proches».

Parti de Gauche (communiqué)

Le PG «interpelle le ministre de l'Intérieur et exige que les forces de police agissent dans les plus brefs délais pour retrouver les responsables de ce crime odieux et exige également la dissolution des Groupes d'extrême droite qui multiplient les actes de violence à Paris et à travers le pays depuis plusieurs semaines».

L'homme d'affaires Pierre Bergé (Twitter)

Le Mouvement des Jeunes Socialistes (Twitter)

SOS Racisme (communiqué)

Pour l'organisation, si l'enquête confirme que des membres du groupe d'extrême-droite Jeune Nationaliste Révolutionnaire sont impliqués, «cela illustrerait à quel point les groupuscules fascistes tels que les JNR sont un danger pour le vivre-ensemble et pour la sécurité publique».