Jean-Paul Huchon : «La NAT, c'est la commande de matériel du siècle»

©2006 20 minutes

— 

Jean-Paul Huchon, président PS du Conseil régional d'Ile-de-France.

Le chantier de la construction de la nouvelle rame de la SNCF en Ile-de-France va pouvoir commencer. Qu'est-ce que la NAT va changer pour les transports?

Elle va sérieusement améliorer leur qualité : en Ile-de-France, certaines rames ont plus de 35 voire 40 ans, or le matériel est responsable de 40 % des retards de trains. Presque la moitié !

Quelles seront les caractéristiques de cette nouvelle rame ?

Il s'agira d'un matériel totalement nouveau, qui répondra aux contraintes et aux spécificités de l'Ile-de-France. En région parisienne, les trains doivent répondre à un degré de performance, en termes d'accélération, de freinage, de fréquence d'arrêts, unique en Europe. Cela ne l'empêchera pas d'atteindre les 140 km/heure, contre 120-130 aujourd'hui, sur certaines portions. Nous avons souhaité que ce matériel soit d'un seul niveau, parce que le réseau que nous allons équiper comporte de nombreux tunnels, et parce qu'une rame à un seul étage assure une meilleure fluidité lors des montées et descentes de voyageurs. Toutefois, cette rame aura la même capacité que des rames à deux étages, parce qu'elle sera plus large. Pour améliorer la sécurité à bord, il n'y aura pas de séparations entre les voitures. Ces rames seront équipées de systèmes d'information des voyageurs et de la climatisation, et accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Pour cela, il va falloir remettre à niveau tous les quais...

Nous aurions pu équiper les rames d'un système embarqué pour les personnes à mobilité réduite, mais ce qui se fait déjà n'est pas satisfaisant. Donc le Stif et la SNCF ont décidé de privilégier une solution d'accessibilité des trains depuis les quais.

Si Bombardier empochait le marché, craignez-vous des mouvements syndicaux ?

Quelle que soit la solution retenue par la SNCF, il y aura de l'emploi en France. Il s'agit d'un marché énorme : 2,094 milliards d'euros. Il comporte aussi la rénovation de 127 rames à deux étages, et la livraison de 24 nouvelles automotrices sur le réseau Paris-Provins. C'est la commande du siècle : je ne crois pas qu'on retrouve la trace d'un tel investissement depuis la Libération.

L'Etat vient de donner son feu vert au projet d'enfouissement de la RN 13 à Neuilly-sur-Seine. Trouvez-vous que c'est un mauvais coup pour la région, qui veut privilégier les transports en commun ?

Cette affaire a été mise à l'étude au contrat de plan 2000-2006, on ne peut donc pas me taxer d'avoir refusé de regarder le projet. Son coût est estimé entre 750 millions et un milliard d'euros. Or il faut faire des choix. Et notre choix à la région, c'est les transports en commun : l'amélioration du RER B, c'est 550 millions d'euros, le RER D, 800 millions à 1 milliard d'euros, la ligne 13, 150 à 200 millions d'euros, et enfin ce qu'on appelle les tangentielles ferrées, de l'ordre de 500 à 600 millions chacune. Il n'y a donc pas la possibilité d'intégrer la RN 13 comme prioritaire dans le futur contrat de projet 2007-2013.

N'en faites-vous pas une opposition de principe parce que c'est Neuilly ? A Paris, on couvre bien des portes de périphérique et tout le monde trouve cela normal...

Pas du tout. Porte de Vanves il s'agit de 250 mètres de couverture, à la porte des Lilas c'est entre 250 et 300 mètres, et porte de Champerret, nous serons dans les mêmes proportions. Le projet N13 concerne 1,4 kilomètre. On est sensible au fait que les habitants de Neuilly ont le droit d'être protégés. Mais compte tenu des études, et des priorités en matière de transports en commun, ce n'est pas possible, en tout cas pas sur les fonds des collectivités locales et notamment de la région.

Il y a deux semaines, le nouveau président de la RATP a présenté son projet de métro en rocade autour de Paris, le « métrophérique ». Vous le trouvez irréalisable ?

D'abord, j'aurais préféré que cette question soit évoquée avec les élus des départements concernés. Je ne suis pas sûr qu'une entreprise ait vocation à présenter ainsi les projets en lieu et place des élus légitimes. Dont acte. Mais ce n'est pas un mauvais projet, car il s'agit d'un mode de transport lourd qui peut sérieusement désengorger le trafic, notamment dans le Val-de-Marne.

Mais vous n'êtes pas favorable au grand projet qui ferait la totalité du tour de Paris, sur 40 km ?

Je crois qu'il y aurait conflit d'intérêt avec le projet en grande couronne de grande ceinture et de tangentielles ferrées. Et il est contradictoire avec les projets de tramway en petite couronne. La RATP avance un chiffre entre 4 et 6 milliards, sur lequel je n'ai pas d'expertise. Or il y a régulièrement des surcoûts. Avec la RATP, les discussions sont rarement gratuites.

Recueilli par Mickaël Bosredon

« Ces nouvelles rames seront climatisées et accessibles aux personnes à mobilité réduite » « “Métrophérique”, c'est 4 à 6 milliards, mais avec la RATP, il y a toujours des surcoûts... »