Primaires UMP à Paris: Comment le vote doit être sécurisé

POLITIQUE Seules des clés informatiques, détenues par les candidats, permettent d'ouvrir l'urne...

Alexandre Sulzer

— 

Le 29 mai 2013. Les 4 candidats a la primaire UMP, Franck Margain, Jean-Francois Legaret, Nathalie Kosciusko-Morizet et Nathalie Kosciusko-Morizet presentent la cle electronique qui est censee eviter les fraudes lors du vote.
Le 29 mai 2013. Les 4 candidats a la primaire UMP, Franck Margain, Jean-Francois Legaret, Nathalie Kosciusko-Morizet et Nathalie Kosciusko-Morizet presentent la cle electronique qui est censee eviter les fraudes lors du vote. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Dans le 4e volet d’Indiana Jones, c’est en réunissant l’ensemble des crânes de cristal que le temple se fracture et libère un vaisseau spatial. Pour la primaire UMP de Paris, c’est un peu pareil. Lundi à 19h, il faudra que les quatre clés informatiques, remises mercredi aux candidats, soient insérées simultanément dans un ordinateur pour ouvrir l’urne électronique. Un système qui permet d’assurer la fiabilité du système, assure Docapost, la filiale de la Poste, en charge de l’organisation du vote électronique.

Des experts surveilleront

Les clés seront inutilisables avant la fin du scrutin, assure la société, et les bulletins de vote électroniques seront cryptés. Ni l’UMP ni les candidats n’y auront accès, pas plus qu’ils ne pourront connaître participation en temps réel. Un point qui été tranché tardivement. Seul un représentant de la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) et deux experts indépendants agréés par la Cnil, payés et choisis par l’UMP sur appel d’offres, auront accès à l’interface pendant le déroulement du vote. «S’il y a une fuite, elle est tracée et signée», assure Jean-Yves Kernaul, à la direction des opérations élections de Docapost.

Deux codes différents pour éviter la triche

Les inscrits recevront vendredi deux codes différents, l’un par email, l’autre pas SMS, nécessaires pour accéder à la plate-forme de vote. «Il y a eu des inscriptions ralenties jeudi, reconnaît le président de la fédération parisienne,  Philippe Goujon. Justement, parce que le niveau de sécurisation du système a été renforcé depuis mercredi.» Jean-François Legaret a dénoncé jeudi un piratage de la liste des inscrits. Une affirmation démentie formellement par la fédération.