Suspicions à tous les niveaux dans la course UMP de Paris

Alexandre Sulzer

— 

Le 29 mai 2013. Les 4 candidats a la primaire UMP, Franck Margain, Jean-Francois Legaret, Nathalie Kosciusko-Morizet et Nathalie Kosciusko-Morizet presentent la cle electronique qui est censee eviter les fraudes lors du vote.
Le 29 mai 2013. Les 4 candidats a la primaire UMP, Franck Margain, Jean-Francois Legaret, Nathalie Kosciusko-Morizet et Nathalie Kosciusko-Morizet presentent la cle electronique qui est censee eviter les fraudes lors du vote. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Une scène digne de Festen. Les quatre candidats à la primaire UMP de Paris étaient réunis mercredi soir à la fédération pour la photo de famille mais pour l’ambiance, on repassera. Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), Jean-François Legaret, Pierre-Yves Bournazel et Franck Margain recevaient les clés informatiques qui leur permettront, une fois réunies lundi soir, de découvrir le résultat de l’élection. Les quatre ont «scellé» ensemble le système informatique, ce qui garantit «l’intégrité du scrutin» jusqu’au 3 juin 19h, assure Docapost, la filiale de La Poste, en charge de l’organisation du vote électronique.

Une élection «polluée»

Une fois la pose prise, Jean-François Legaret a aussitôt dénoncé une élection «polluée» par la diffusion d’une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. On le voit en 2007 défendre l’union civile pour les homosexuels mais la vidéo affirme qu’il défend le mariage homosexuel, devenu un enjeu central de la primaire. L’élu glisse qu’il va porter plainte pour faux et usage de faux. Et annonce une conférence de presse sur l’utilisation de fichiers d’adhérents «pour diffuser des "saloperies" (sic)».

Des doutes sur l’égalité de traitement des candidats

Pierre-Yves Bournazel nourrit-il également des suspicions sur l’égalité de traitement des candidats? «Je ne veux pas en avoir mais je ne peux être le garant de cela», répond le jeune conseiller, remonté contre la prolongation du délai d’inscription à la primaire pendant la durée du scrutin. Seule à défendre ce principe, NKM répond que cette décision a été prise «à l’unanimité des candidats». Mais pointe du doigt le «sabotage» auquel l’extrême-droite entend se livrer en appelant à lui faire barrage.