Ces chantiers qui viennent du froid

©2006 20 minutes

— 

Que les habitants du 16e se rassurent : malgré les apparences, Bertrand Delanoë n'est pas en train de créer des couloirs de bus en catimini. Depuis plusieurs mois, les curieux chantiers qui saccagent les rues de la Manutention, Pierre-Ier-de-Serbie, Georges-V et même les Champs-Elysées sont le fait du « réseau de froid urbain », qui apporte la climatisation à 350 immeubles de la capitale. Un système qui évite aux entreprises d'installer des engins de refroidissement individuels et les nuisances qui vont avec, en termes de bruit et de stockage. Les travaux en cours consistent à relier une nouvelle centrale frigorifique, actuellement en construction sous le Palais de Tokyo, au réseau existant, principalement situé dans le quartier de l'Opéra. Il a fallu creuser plus de six mètres sous le musée pour installer l'imposante machinerie.

« Il existe 55 km de tuyaux pour l'instant, qui desservent le centre de Paris et une partie du 13e », précise François Dupoux, président de Climespace, l'entreprise qui détient ce marché à Paris. Il a également en tête d'implanter une nouvelle centrale dans le sud du 15e d'ici à 2008 qui pourrait desservir les entreprises dans un rayon de 1,5 km. Mais promis, en 2007, aucuns travaux ne sont prévus, conformément au souhait de Bertrand Delanoë. « En revanche, le réseau de chauffage urbain a, lui, planifié des chantiers dans tout Paris. Par exemple dans la rue François-Ier », indique la Ville.

Magali Gruet