Paris cherche des amateurs pour vider sa cave

©2006 20 minutes

— 

Amoureux de la piquette et du gros rouge qui tache, rebroussez chemin. Quand la Mairie de Paris vide ses caves, c'est du lourd. Pas moins de cent seize petrus seront ainsi mis aux enchères aujourd'hui et demain au Crédit Municipal de Paris. En tout cinq mille bouteilles, la plupart de très grande qualité, conservées dans des conditions optimales dans la cave de la Mairie.

Mais pourquoi vendre un tel patrimoine ? René Saragosti, directeur de l'hôtel des ventes, explique que c'est un rapport de l'inspection générale de la Ville de Paris qui a conduit la Mairie à la vente : « Le maire de Paris ne reçoit pas de chefs d'Etat à déjeuner. Il ne souhaite pas ouvrir des bouteilles à 1 000 ou 2 000 e. Or si on attendait encore, certaines bouteilles auraient été perdues. » Il fallait donc agir. D'autant que l'inspection générale ne manque pas de rappeler que la cave vidée aurait été la première touchée en cas de crue de la Seine. Les lots, acquis par la Ville dans les années 1980 et au début des années 1990, seront accessibles à des prix forcément beaucoup plus intéressants que dans des épiceries fines ou chez les cavistes, qui, sans nul doute, viendront se fournir. Pour les plus petites bourses, on trouvera des lots de six bouteilles à partir de 40 e. Les petrus, eux, se vendront à l'unité, à partir de 800 e. A envisager donc, si on a les moyens. Car avec des si, on peut mettre Paris en bouteille.

Michaël Hajdenberg

A partir de 13 h 30, aujourd'hui et demain, au Crédit Municipal, 55, rue des Francs-Bourgeois (4e).