L'époque du Roi-Soleil racontée par les jardins

PATRIMOINE A l'occasion de la sortie de son livre, Nicolas Jacquet a fait découvrir à 20 Minutes les recoins et anecdotes dissimulés dans les jardins de Versailles...

Oihana Gabriel

— 

P.-M. TALBOT / 20 MINUTES

Voici un compagnon de balade en plein air qui éclaire les riches parterres et élégantes statues de Versailles (Yvelines). Nicolas Jacquet alterne les lieux ouverts à la visite et ceux dissimulés pour nourrir Secrets et curiosités des jardins de Versailles*, qui vient de paraître, où chaque photo est accompagnée d'un court texte mêlant grande histoire et anecdotes. Lundi, 20 Minutes a suivi les pas de l'auteur et arpenté les bassins et l'Orangerie. Entre potager, laiterie, serres et sculptures végétales se cachent des symboles du pouvoir, des clins d'œil à la mythologie et des prouesses techniques. En 1670, Le Nôtre eu l'idée des premières caisses pour mieux transporter les arbres, en 1704, Jules Hardouin-Mansart réussit à projeter les eaux à 23 m de hauteur.

 Marie-Antoinette y allait seule

Dans la salle de bal, le public peut admirer une cascade en hémicycle où l'on distingue des coquillages rapportés de l'océan Indien. «Le public ne venait pas y applaudir les entrechats de Louis XIV, alors atteint par la goutte, mais les opéras de Lully », raconte Nicolas Jacquet. Pour activer cette «pièce d'eau», les fontainiers ouvrent toujours les trois réservoirs à l'aide d'une clé en forme de lyre. Louis XIV voyait son palais comme un paradis terrestre ouvert au peuple… mais après vols, dégradations et trafic de fausses clés, il fit installer des grilles devant les bosquets. Ces jardins, où Marie-Antoinette aimait déambuler seule, ont alimenté des ragots sur les mœurs dévoyées de la cour. Au détour des pages et dans ce décor féérique, le lecteur peut repérer un terrain de jeu de mail, ancêtre du golf, apprendre que l'escalier des cents marches en compte 104, découvrir que le bassin des Quatre Nymphes fut surnommé « les quatre pucelles » en référence aux quatre sœurs, maîtresses de Louis XV… ou admirer un pamplemoussier datant de 1646.

 

 

Si la vidéo ne s'affiche pas, cliquez ici