La polémique sur la RN13 ressurgit

©2006 20 minutes

— 

Une décision à contre-courant ? Alors que les préconisations de la région portent sur un renforcement des transports en commun et sur une diminution de la circulation automobile dans le coeur de l'agglomération, le gouvernement vient d'annoncer qu'il donnait son feu vert au projet d'enfouissement de la RN 13 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), entre porte Maillot et la Défense. Un budget de 750 millions d'euros pour 1,4 kilomètre de route ! Certes, 160 000 véhicules empruntent chaque jour cet axe, mais, par rapport à l'amélioration de la ligne 13 ou des RER B et D, ce projet est-il prioritaire ? C'est la question que posent nombre d'élus de la gauche parisienne et régionale. Ils laissent entendre que l'influence de Nicolas Sarkozy, le président (UMP) des Hauts-de-Seine, aurait pesé dans la décision finale.

« Assez de cette position dogmatique, s'énerve Roger Karoutchi, leader de la droite régionale. Parce que c'est Neuilly, parce que ce sont les Hauts-de-Seine, parce que c'est Sarkozy, la région dit non. Sans même avoir voulu participer au débat public. » Un débat qui s'est déroulé en début d'année et qui rappelait dans ses conclusions que « nul n'a exprimé la volonté de favoriser une augmentation du trafic ». Roger Karoutchi indique par ailleurs que « personne ne s'est encore prononcé sur le montage financier. Je pense qu'il faudra imaginer un partenariat public-privé pour que cela coûte le moins possible aux collectivités. »

Mickaël Bosredon

La validation de l'Etat n'est qu'un acte administratif, obligatoire pour la poursuite d'un projet après la saisine de la Commission nationale du débat public, mais qui ne préfigure pas pour autant sa réalisation.