Paris: Quand la police enquête sur les rats

PROPRETÉ a police a lancé mardi des opérations pour traquer les rongeurs de la capitale...

Alexandre Sulzer

— 

PAUL MARIN TALBOT

Dans ce terrain vague du 20e arrondissement adjacent à la petite ceinture ferroviaire, les gravats s'amoncellent entre deux carcasses de voitures. Mélangés à des sacs de détritus, des canettes vides et des matelas fatigués, ils forment un terrain de jeu propice aux rats. La présence des rongeurs a été signalée il y a quelques jours par le voisinage.

 

>> Si la vidéo ne fonctionne pas, cliquez ici

Mardi après-midi, des agents de l'unité de prévention des nuisances animales de la préfecture de police (PP) de Paris se rendent sur place pour y effectuer une enquête technique. L'objectif? Vérifier d'où proviennent les nuisibles et mettre en demeure le propriétaire de procéder aux travaux nécessaires. «La police a une mission de protection sanitaire.

«Rien que ça, ça permet d'envahir tout le terrain»

En 2012, elle a mené 2.700 interventions anti-rongeurs dans la capitale», détaille Jean-Michel Derrien, chef de l'unité. Un rôle méconnu que la PP entend valoriser en ces jours de radoucissement climatique, propices à la remontée des petites bêtes du sous-sol à la surface.Très vite, Laurent Deboffle – technicien supérieur principal au sein de l'unité – repère des trous dans les canalisations qui émergent du sol. «Rien que cela, ça permet d'envahir tout un terrain.»

A même la terre battue, il remarque des terriers. Même s'il ne voit pas les rats – ce qui arrive rarement –, Laurent Deboffle n'a aucun doute sur leur présence. La PP va donc demander au propriétaire, en l'occurrence la SNCF, de nettoyer le terrain, remettre en état les canalisations et appliquer des produits raticides dans un délai d'un mois. Un temps court car les rats se reproduisent vite.

Selon Jean-Michel Derrien, «il y a vingt ans, certains quartiers, comme l'îlot Chalon (12e), étaient infestés.» Avec la rénovation de Paris aujourd'hui, tous les quartiers sont pareillement concernés.