Gauche et droite avancent leurs pions dans les 21 circonscriptions

©2006 20 minutes

— 

La liste des candidats aux élections législatives est quasiment bouclée. Après le PS, qui a désigné ses candidats en juin, l'UMP s'est réuni hier, jusque tard dans la soirée, pour tenter de statuer sur les cas litigieux. Celui de Jacques Toubon devait par exemple être tranché. L'ancien député de la 10e circonscription a déclaré vouloir y revenir, mais Patrick Trémège s'y était déjà positionné. Trémège pourrait passer dans la 9e, sa circonscription d'origine, à la place d'Emmanuelle Dauvergne, qui y était pressentie. Mais la tendance irait plutôt à l'éviction de Toubon. « Françoise de Panafieu s'est exprimée pour le renouveau, Toubon est un ancien député qui a quitté Paris pour le Parlement européen », insiste Philippe Goujon, président de l'UMP Paris et candidat (12e circ.) en lieu et place d'Edouard Balladur (77 ans), qui lui a laissé son siège de député jeudi, après son retrait de la vie politique. « Certains devraient s'inspirer de cette sagesse », ajoute Philippe Goujon, en faisant allusion à René Galy-Dejean (74 ans), député (13e circ.) que l'UMP souhaite voir remplacé par Jean-François Lamour.

Il se murmure aussi que Jean de Gaulle ne serait pas investi. Côté stratégie, l'UMP espère récupérer la 5e circonscription, face à un Tony Dreyfus « fatigué », selon un candidat. Le PS lorgne, lui, sur la 8e, en y propulsant Sandrine Mazetier, l'adjointe chargée de la Vie étudiante. Il réfléchit aussi au candidat à opposer à Françoise de Panafieu. Enfin, il a décidé de ne présenter personne dans les circonscriptions détenues par des Verts.

Magali Gruet