La région veut partager l'addition

©2006 20 minutes

— 

S'ils jugent ce projet nécessaire, la plupart des élus de la région estiment que le président de la RATP va trop vite. « Il parle de 4 ou 6 milliards d'euros. Les spécialistes évaluent plutôt le coût à 10 milliards d'euros. Qui va payer ? », interroge Jean-Paul Huchon, président (PS) du conseil régional, qui ajoute qu'« on joue au Père Noël avec l'argent de la région ». « C'est dangereux de faire rêver les gens alors qu'au Syndicat des transports, on en est à compter chaque million », souligne Alain Amedro, conseiller régional (Verts) et président de la commission des investissements du Stif.

L'Etat, qui participerait obligatoirement à un tel chantier, n'a pour l'instant pas pris position. « Dans le contrat de projet pour la période 2007-2013, que nous sommes en train de négocier, l'Etat n'a inscrit que 650 millions d'euros pour les transports, et rien pour ce projet », rappelle Jean-Paul Huchon. Le président d'Ile-de-France préférerait que les entreprises se penchent d'abord sur « les problèmes de régularité, de confort, de sécurité, dont se plaignent quotidiennement les voyageurs. Il faut d'abord s'occuper de choses pratiques. Nous, notre priorité aujourd'hui, c'est régler les difficultés du RER B. Même si c'est moins sexy... »

M. B.