L'un de ces six candidats représentera l'UMP à Paris

MUNICIPALES Les parrainages pour la primaire sont déposés ce mardi...

Alexandre Sulzer

— 

Franck Margain.
Franck Margain. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Finalement, ils seront six à se livrer bataille pour l'investiture UMP à la Mairie de Paris dans la première primaire ouverte de la capitale. Six à avoir recueilli le parrainage de dix élus parisiens et de 300 électeurs répartis dans cinq arrondissements.

Pierre-Yves Bournazel. Le jeune (36 ans) et ambitieux conseiller de Paris, élu du 18e arrondissement, se veut le principal challenger dans la compétition. « L'entrée en campagne peut faire bouger les lignes », assure-t-il. Connu pour son opposition à la fédération, il demande que « ceux qui ont des fonctions officielles à l'UMP observent une neutralité » dans la campagne. En clair : qu'ils cessent de soutenir NKM.

Rachida Dati. La maire du 7e arrondissement s'est lancée dans la campagne avec une discrétion qu'on ne lui connaissait guère. De quoi relancer les spéculations sur sa réelle motivation. « Elle veut simplement garder sa mairie d'arrondissement et contrer la candidature dissidente de Christian Le Roux », un ancien adjoint au maire, assure un député UMP de Paris. L'intéressée dément – il est vrai qu'elle parle de la Mairie de Paris à ses interlocuteurs depuis de nombreux mois – et dit être la personne ad hoc pour aller à la conquête de l'Est et du Nord parisiens.

Nathalie Kosciusko-Morizet. C'est LA grande favorite. « Elle est en phase avec les bobos de gauche versatiles, mais rassure à droite avec son côté polytechnicienne propre sur elle », assène une figure de la droite parisienne qui la soutient. Les mauvaises langues affirment qu'elle aurait tout fait pour favoriser les candidatures des autres prétendants afin de s'assurer une plus grande légitimité. Car NKM, jusqu'alors élue de Longjumeau (Essonne), est une parachutée. Reste à lui trouver un arrondissement d'atterrissage.

Jean-François Legaret. Le chef du groupe UMP au Conseil de Paris et maire du 1er arrondissement reconnaît que son principal handicap est son « manque de notoriété ». Mais celui qui fut adjoint au maire sous Tiberi met en avant sa « connaissance des dossiers », notamment financiers, pour séduire.

Franck Margain. Ce proche de Christine Boutin, qui avait présenté une candidature dissidente dans la 8e circonscription aux législatives, porte des idées peu orthodoxes à droite comme l'instauration d'un péage urbain au centre-ville ou la fermeture des voies sur berge à la circulation automobile.

Chenva Tieu. Secrétaire national de l'UMP en charge des relations avec l'Asie, cet entrepreneur d'origine cambodgienne entend « porter l'initiative économique » dans le débat.

Calendrier

Les Parisiens souhaitant voter peuvent s'inscrire (3 euros) sur Internet du 22 avril au 28 mai. Le premier tour de scrutin aura lieu en ligne du 31 mai à 8 h au 3 juin à 19 h; le second tour du 7 juin à 8 h au 10 juin à 19h. Trois débats télévisés doivent avoir lieu, le premier le 26 avril sur France 3.