La patate de Marc Fichel à l'affiche

PORTRAIT Cet artiste jongle entre son métier de «patatier» à Rungis et ses concerts à Paris...

Oihana Gabriel

— 

Ancien trader, Marc Fichel est directeur export au marché international de Rungis.
Ancien trader, Marc Fichel est directeur export au marché international de Rungis. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Pendant sa courte vie de trader, il arborait le jogging pour le «casual friday». Avec sa casquette de «patatier», il a encouragé ses collègues de Rungis à se dandiner devant la caméra pour son clip et sa nouvelle vie d'artiste débute par une tournée « française » qui passera par Tel-Aviv, en Israël… Marc Fichel détonne en conciliant palettes de patates à Rungis (Val-de-Marne) avant l'aube et composition au piano l'après-midi. Entre deux paniers, il sort son iPhone pour enregistrer quelques notes qui nourriront peut-être une mélodie. Son secret ? Les micro-siestes et un sandwich omelette-fromage à 6 h du matin… «Combien de fois j'ai fait des chansons pour le mariage de potes ou pour ma petite amie !», s'amuse cet autodidacte qui ne lit pas la musique.

Composeur de palettes

Des créations amateurs qui, petit à petit, ont fait leur chemin jusqu'à une maison de production. Guidées par les conseils de Danielle Molko, son manager, et impulsées par la solidarité du site de financement Kiss KissBank Bank, elles ont abouti à un album éponyme sorti mardi. Les idoles de Marc ? Michel Berger, «l'intello de la variété», et Jean-Jacques Goldman, un «faiseur de tubes».

Le compositeur-chanteur donnera vie à ses chansons comme Blackberry déprime au Divan du Monde ce lundi soir. Mais Rungis ne sera pas loin. Car ce directeur export rend hommage à ses collègues dans C'est ma vie dans les halles. Un univers «vif, vivant et coloré» pour ce vendeur qui apprécie le côté cash et terre à terre de ses collègues, qui écoutent plutôt du rap et charrient tendrement ce « Marco, qui va faire»The Voice«! ». « C'est comme la musique. Tous les jours, je compose pour adapter les besoins en patates, oignons ou échalotes aux clients. J'ai cinquante chansons en attente mais, pour le moment, je me concentre sur le premier album», assure cet hyperactif, qui garde ses paroles comme filet sur scène et s'avoue stressé avant son live.