— no credit

Paris

Les victimes de violences physiques appellent au secours

Les violences physiques augmentent. Les chiffres de la ligne Jeunes violences écoute collent à cette réalité

A l'image de la société. Alors que les violences physiques augmentent dans de nombreux départements d'Ile-de-France, les chiffres de la ligne Jeunes violences écoute collent à cette réalité. Les statistiques de l'année 2005-2006, qui seront publiées aujourd'hui et présentées en exclusivité dans 20 Minutes, montrent que les violences physiques représentent désormais 45,9 % des appels, contre 42,9 % en 2001, au lancement de ce dispositif par la région Ile-de-France. « Il s'agit moins de rackets que d'agressions physiques », commente Julien Dray, vice-président PS, chargé de la Politique de la ville et de la Jeunesse.

Selon les statistiques, élaborées à partir des appels (410 000 depuis 2000), 90 % des victimes connaissent leur agresseur. « C'est pour cela qu'elles appellent ce numéro, qui est anonyme. Quand elles ne connaissent pas l'agresseur, elles vont plus facilement à la police », explique encore l'élu. Les violences au sein même des familles augmentent considérablement. Les autres violences signalées sont verbales (16,9 % des appels) et sexuelles (14,4 %), sans oublier le harcèlement (10,8 %). La part des adultes qui contactent la ligne augmente (55 %). Parmi les appels des jeunes, 70 % sont mineurs. Pour améliorer ce service, la région lance aujourd'hui un site Internet*. Il proposera des informations utiles, « mais ne remplacera pas le dialogue que permet le numéro d'appel », où une douzaine de personnes travaillent désormais.

M.B.

*www.jeunesviolencesecoute.fr

0 800 20 22 23, anonyme et gratuit.