Transports : l'Etat financera au cas par cas

©2006 20 minutes

— 

L'Etat « ne ferme pas la porte » au financement des onze projets d'infrastructures de transports en commun, actuellement au point mort. Et garde tout de même un pied dans l'entrebâillement. La semaine dernière, Jean-Paul Huchon, le président PS de la région Ile-de-France, a de nouveau accusé l'Etat d'être responsable du blocage de ces onze chantiers, « pourtant prêts techniquement et politiquement. » L'Etat refuserait en effet de financer sa part dans les surcoûts de ces projets, inscrits dans le contrat de projet 2000-2006. A la préfecture de région, on assure que « le préfet n'est pas opposé à financer ces surcoûts. Mais il faut en regarder, au cas par cas, les raisons. Si ce sont les élus locaux qui ont réclamé des modifications, n'est-ce pas à eux de les prendre en charge ? », interroge le secrétaire général.

La région semble en tout cas s'impatienter, et lance un « appel solennel » à l'Etat, « car certains de ces chantiers, comme la mise en site propre entre Sarcelles et Saint-Denis, sont emblématiques ». Et que la négociation pour le contrat de projet 2007-2013 bat déjà son plein.

M. B.