Arnault reprend le flambeau de Pinault

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

François Pinault avait renoncé l'année dernière à sa fondation pour l'art contemporain sur l'île Seguin. Son grand rival Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH, devrait créer l'événement aujourd'hui en annonçant la création d'une « fondation Louis-Vuitton pour la création » à Paris. Le futur musée, dédié à la peinture, à la mode et au design, accueillera dans trois ans les « collections personnelles » de l'homme le plus riche de France, ainsi que des « expositions temporaires ». Il devrait être érigé à la place du bowling désaffecté du Jardin d'Acclimatation, dans le bois de Boulogne (16e). Sa construction sera signée Frank Gehry, l'architecte américain du musée Guggenheim à Bilbao. Preuve de l'ambition de Bernard Arnault, qui se paie le luxe de s'offrir l'une des stars de l'architecture mondiale.

Loin d'être un néophyte, Arnault est un collectionneur et un mécène important. Il a inauguré il y a un an le plus grand magasin Louis Vuitton du monde, sur les Champs-Elysées, largement ouvert à la création contemporaine, et il contribue régulièrement au financement de grandes expositions.

Son projet, qui serait dans les tuyaux depuis une dizaine d'années, rappelle celui de son grand rival François Pinault. En 2005, le fondateur du groupe PPR avait dû renoncer à ouvrir une fondation sur l'île Séguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), en raison de délais trop longs et d'obstacles administratifs. Il a finalement installé sa collection, considérée comme l'une des dix meilleures au monde, au Palazzo Grassi à Venise. Celle de Bernard Arnault serait moins consistante. Reste qu'elle devrait triompher. Sauf contretemps.

L. de Charette

Suzanne Pagé, actuelle directrice du musée d'Art moderne de la Ville de Paris, devrait prendre la tête de la fondation. Elle doit recevoir aujourd'hui les insignes de commandeur dans l'ordre des Arts et Lettres.